Des militants conservateurs ont créé leur «comité d'action politique»

La campagne électorale, qui doit durer au moins... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

La campagne électorale, qui doit durer au moins 36 jours, devrait être déclenchée autour du 12 septembre prochain, pour un scrutin le 19 octobre, comme prévu.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
OTTAWA

Des militants conservateurs ont créé leur «comité d'action politique» afin de riposter aux attaques des groupes progressistes et des syndicats contre Stephen Harper.

D'anciens adjoints politiques de ministres conservateurs ont fondé le «HarperPAC» - à l'instar des «PAC» américains -, un véhicule qui permet aux conservateurs de recueillir des fonds et de dépenser sans limite, en marge des règles imposées par la Loi électorale pendant la campagne proprement dite.

La campagne électorale, qui doit durer au moins 36 jours, devrait être déclenchée autour du 12 septembre prochain, pour un scrutin le 19 octobre, comme prévu.

Le comité HarperPAC se veut une riposte à Engage Canada, un groupe d'anciens stratèges libéraux et néo-démocrates qui recueillent de l'argent auprès de syndicats et d'autres organismes plutôt à gauche, afin de présenter un front uni pour barrer la réélection de Stephen Harper.

Dans son premier message télévisé, qui a commencé à être diffusé au début du mois, Engage Canada soutenait que les inégalités de revenus avaient atteint des sommets au Canada depuis l'accession au pouvoir de Stephen Harper, et que les Canadiens «ne (pouvaient) compter sur les conservateurs pour les aider».

Selon le porte-parole de HarperPAC, Stephen Taylor, ce comité d'action politique vise à contrer ce qu'il a appelé «l'afflux massif d'argent provenant d'agitateurs professionnels de gauche et d'importants leaders syndicaux», qui mettent tout en oeuvre pour déloger le gouvernement Harper.

Des tiers partis comme HarperPAC et Engage Canada ne sont pas assujettis aux dispositions de la Loi électorale avant le déclenchement officiel de la campagne. Ils peuvent donc dépenser sans compter, et ne sont pas tenus de dévoiler la source de leur financement ou les sommes engagées dans cette «pré-campagne».

Une fois la campagne officiellement déclenchée, ces tierces parties doivent faire preuve de la même transparence que les partis politiques inscrits, et ne peuvent dépenser plus de 205 800 $ tout au long de la campagne. De cette somme, ils ne peuvent consacrer plus de 4116 $ dans une même circonscription - qui serait par exemple chaudement disputée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer