Des affronts à la démocratie du gouvernement Harper dénoncés

Dans un rapport qui sera rendu public aujourd'hui, la... (PHOTO ADRIAN WYLD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Dans un rapport qui sera rendu public aujourd'hui, la coalition Voices-Voix dresse la liste de ce qu'elle décrit comme une centaine d'affronts à la démocratie commis par les conservateurs de Stephen Harper depuis leur arrivée au pouvoir en 2006.

PHOTO ADRIAN WYLD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Plusieurs groupes profitent de la dernière semaine parlementaire pour exprimer leur ras-le-bol du gouvernement Harper, à quelques mois des élections fédérales.

Dans un rapport qui sera rendu public aujourd'hui, obtenu par La Presse, la coalition Voices-Voix dresse la liste de ce qu'elle décrit comme une centaine d'affronts à la démocratie commis par les conservateurs depuis leur arrivée au pouvoir en 2006.

Ce rapport est publié au moment où d'autres organismes, dont un syndicat qui représente des milliers de professionnels de la fonction publique, lancent d'autres offensives pour dénoncer les gestes du gouvernement fédéral. Description de trois de ces initiatives.

«La démocratie démantelée»

Dans son rapport de 65 pages, l'organisme Voices-Voix dresse la liste de ce qu'elle décrit comme une centaine de cas de suppression du débat et de la dissidence par le gouvernement Harper depuis son arrivée au pouvoir. Ce « démantèlement de nos droits et institutions démocratiques » inclut le congédiement de fonctionnaires jugés trop critiques, des compressions budgétaires ciblées, la censure des scientifiques du gouvernement, la présentation de nombreux projets de loi omnibus et quatre prorogations, dont trois « controversées ». Créé en 2010, Voices-Voix est une coalition qui regroupe plus de 200 organisations canadiennes et dont le but est de lutter pour « la protection de nos droits collectifs et individuels relatifs à la contestation, au plaidoyer et à l'espace démocratique ».

Cri d'alarme pour les services publics

L'Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC) profite de la Semaine nationale de la fonction publique pour lancer une campagne publicitaire qui dénonce le tort que cause le gouvernement actuel aux services publics et pour présenter un plan en 10 points afin de demander au prochain de rétablir la situation. « Nous, les professionnels de la fonction publique, sommes en train de perdre ce qu'il nous faut pour protéger votre santé et votre sécurité et celle de votre famille. Le gouvernement conservateur met les Canadiens en danger en affaiblissant la réglementation et en muselant les scientifiques. Il est temps de remettre la fonction publique au service des Canadiens », entend-on dans l'une de ces publicités. L'IPFPC représente plus de 50 000 professionnels et scientifiques fédéraux et provinciaux.

Soins de santé aux réfugiés

Des professionnels de la santé ont mené hier leur « plus grande journée nationale de protestation » contre les compressions dans le programme de soins de santé pour les réfugiés, imposées en 2012. Ces compressions retirent certains avantages de la couverture médicale accordée aux demandeurs d'asile, dont les soins dentaires et ceux de la vue. Le gouvernement affirme qu'il s'agit d'une décision équitable pour l'ensemble des Canadiens. Des professionnels de la santé disent qu'au contraire, cette décision est coûteuse et qu'elle sème la confusion dans les systèmes de santé provinciaux. Pour sa part, la Cour fédérale l'a qualifiée de « cruelle et inusitée » et l'a déclarée inconstitutionnelle. Des manifestations ont eu lieu dans 20 villes canadiennes, dont à Montréal, dans le quartier Parc-Extension.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer