Gilles Duceppe redeviendra chef du Bloc québécois

Gilles Duceppe... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Gilles Duceppe

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Battu dans sa circonscription de Laurier-Sainte-Marie en mai 2011, Gilles Duceppe remonte dans le ring.

Il annoncera mercredi qu'il redevient chef du Bloc québécois, un poste que lui cède volontiers Mario Beaulieu, incapable de rallier les troupes à l'approche de la campagne électorale.

Avant de faire le saut, M. Duceppe a tenu à faire réaliser un sondage. L'enquête téléphonique a observé qu'il récolterait presque trois fois plus d'appuis que M. Beaulieu lors d'éventuelles élections. Le sondeur avait mis aussi le nom de Bernard Landry, qui n'était pas loin derrière M. Duceppe, a-t-on appris. Joint lundi par La Presse, qui avait eu vent de ces tractations, M. Landry avait indiqué qu'il n'avait pas approuvé à l'avance que l'on teste son nom, et qu'il n'avait jamais été question pour lui de reprendre du service actif. «Bien sûr, j'appuierai le Bloc, mais en politique, j'ai fait ce que j'avais à faire».

Le retour de Gilles Duceppe à la tête du Bloc québécois était le choix qui s'imposait a-t-il affirmé mardi. Il y voit une «belle convergence» des forces souverainistes. «Mario a pris une bonne décision, loyale, en faisant passer l'intérêt collectif avant le sien et Duceppe est en train de faire la bonne aussi», a commenté Bernard Landry à l'entrée des funérailles de Jacques Parizeau. Le fait que la nouvelle soit annoncée le jour des obsèques de «Monsieur» constitue une «belle symbolique» toujours selon l'ancien leader indépendantiste.

Gilles Duceppe, qui assistait lui aussi aux recueillements, a préféré ne pas s'adresser aux médias. 

Mario Beaulieu a indiqué qu'il allait commenter les événements demain afin de laisser «toute la place» à Jacques Parizeau. 

M. Duceppe avait plusieurs «exigences» avant de revenir, indiquera un proche. La principale était que son retour ne devait pas causer de bisbille à l'interne ni de frictions avec M. Beaulieu et ses partisans.

Son choix de circonscription n'est pas arrêté. Il n'est pas exclu qu'il retourne dans Laurier-Sainte-Marie, mais son choix n'est pas fait.

L'annonce de mercredi se passera à la permanence du Bloc à Montréal.

Réactions à Ottawa

À Ottawa, le retour éventuel de Gilles Duceppe à la tête du Bloc québécois a été accueilli avec joie par l'actuel député bloquiste Louis Plamondon.

«Que M. Duceppe s'implique dans la campagne, c'est extraordinaire. Et qu'il veuille y aller de façon intense, c'est un plus pour nous autres. Cela peut faire une différence dans plusieurs comtés, car quand M. Duceppe embarque dans quelque chose, il n'embarque pas à moitié », a dit M. Plamondon.

Du côté du NPD, on s'étonne de voir Gilles Duceppe vouloir reprendre la tête d'une formation politique décimée aux élections de 2011. Mais son retour ne changera pas la stratégie des troupes de Thomas Mulcair.

«Cela ne changera pas grand-chose. Pour nous, l'enjeu de la prochaine campagne électorale, c'est qui est capable de remplacer les conservateurs de Stephen Harper, qui est capable de former un bon gouvernement qui sera à l'écoute des gens, se préoccuper de la classe moyenne. On ne choisit pas ses adversaires. Mais l'enjeu pour nous est le même, et non pas qui est le chef du Bloc», a affirmé Alexandre Boulerice, le député néo-démocrate de Rosemont-La-Petite-Patrie.

«Ma job dans la vie, c'est de faire en sorte que Thomas Mulcair devienne premier ministre et cela n'a pas changé aujourd'hui», a-t-il ajouté.

De toute évidence, le NPD est le principal adversaire du Bloc québécois depuis les dernières élections générales.

Aux élections du 2 mai 2011, le Bloc québécois dirigé par Gilles Duceppe a remporté 23,4 % des suffrages et fait élire quatre députés seulement. Le NPD a pour sa part récolté 42,9 % des voix et fait élire 59 députés.

Depuis le scrutin de 2011, le Bloc québécois a eu deux chefs: Daniel Paillé et Mario Beaulieu. Gilles Duceppe deviendra le troisième leader du parti souverainiste en quatre ans quand son retour sera confirmé mercredi matin.

- Avec Jasmin Lavoie à Montréal et Joël-Denis Bellavance à Ottawa

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer