Sénat: Boisvenu a réclamé 61 076 $ en dépenses inadmissibles

Porte-étendard du gouvernement Harper en matière de loi... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Porte-étendard du gouvernement Harper en matière de loi et d'ordre, le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu a annoncé jeudi soir qu'il quittait «volontairement» le caucus conservateur.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Le vérificateur général Michael Ferguson estime, dans le rapport sur les dépenses des sénateurs qu'il déposera mardi, que Pierre-Hugues Boisvenu a réclamé l'équivalent de 61 076 $ en dépenses inadmissibles et juge que son dossier doit être remis entre les mains des enquêteurs de la GRC.

Quelque 15 800 $ de ces dépenses sont liés à des indemnités de logement que M. Boisvenu a empochées pendant près d'un an alors que, soutient le vérificateur général, sa résidence principale était à Ottawa, a appris La Presse, vendredi.

Une autre somme de 38 500 $ représente des frais de voyage et d'hébergement qu'a réclamés M. Boisvenu alors qu'il participait à des activités liées à l'Association des familles de personnes assassinées ou disparues, qu'il a fondée quelques années avant sa nomination au Sénat en 2010, ou à la publication de son livre Survivre à l'innommable, selon nos informations.

Porte-étendard du gouvernement Harper en matière de loi et d'ordre, M. Boisvenu a annoncé jeudi soir qu'il quittait «volontairement» le caucus conservateur après avoir appris que son dossier serait remis à la GRC. Le sénateur, qui siège maintenant comme indépendant au Sénat, n'a pas accordé d'entrevue aux médias, vendredi. Son bureau a fait savoir qu'il s'expliquerait après le dépôt du rapport du vérificateur général, mardi après-midi.

Chez les conservateurs, vendredi, personne ne s'est porté à la défense de M. Boisvenu. «Le Sénat a demandé au vérificateur général de passer en revue les dépenses des sénateurs. [...] L'usage abusif de l'argent des contribuables est inacceptable. Le sénateur ne fait plus partie de notre caucus», a-t-on indiqué au bureau du premier ministre Stephen Harper.

Enquête

Dans son rapport, le vérificateur général a conclu que le dossier de neuf sénateurs à la retraite ou toujours en poste doit faire l'objet d'une enquête criminelle de la GRC. Parmi eux, deux sénateurs - Pierre-Hugues Boisvenu et le libéral Colin Kenny - siègent toujours au Sénat. Dans le cas de M. Kenny, les dépenses inadmissibles s'élèvent à 35 549 $, toujours selon nos informations.

Le cas de M. Boisvenu est toutefois loin d'être le plus grave. L'ancien sénateur libéral du Manitoba Rob Zimmer arrive au premier rang à ce chapitre. Selon les calculs du vérificateur général, il a réclamé 176 000 $ en dépenses inacceptables.

Les autres anciens sénateurs qui feront vraisemblablement l'objet d'une enquête de la GRC sont: Marie-Paule Charrette-Poulin (131 434 $, du Parti libéral); Rose-Marie Losier-Cool (110 000 $, du Parti libéral); Gerry Saint-Germain (55 580 $, du Parti conservateur); Don Oliver (48 000 $, du Parti conservateur); Bill Rompkey (17 292 $, du Parti libéral) et Sharon Carstairs (7528 $, du Parti libéral).

Le Sénat a transmis vendredi les dossiers de réclamations de ces neuf sénateurs à la GRC.

Dans son rapport, le vérificateur général précise aussi que 21 autres sénateurs se sont fait rembourser des dépenses inadmissibles, mais leur cas ne devrait pas être soumis à la GRC. Ils seront invités à rembourser ces dépenses.

En tout, le chien de garde des contribuables estime à 976 000 $ l'ensemble des dépenses inadmissibles réclamées par tous ces sénateurs. L'enquête de M. Ferguson, qui a duré deux ans et a scruté les dépenses des sénateurs de 2012 et 2013, a coûté 21 millions aux contribuables.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer