Ministre des Affaires urbaines: Québec refuse la proposition du NPD

Le chef du NPD, Thomas Mulcair, a fait... (Photo Chris Wattie, Reuters)

Agrandir

Le chef du NPD, Thomas Mulcair, a fait promesse électorale aux Québécois de la création de ce poste de ministre vendredi dernier lors d'un rassemblement militant à Montréal.

Photo Chris Wattie, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Marin
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

La promesse du NPD de nommer un ministre fédéral des Affaires urbaines s'il est porté au pouvoir vient de frapper un mur: l'Assemblée nationale à Québec a adopté mercredi une motion pour dénoncer toute tentative en ce sens.

Les affaires municipales et urbaines sont un domaine de compétence exclusive des provinces, peut-on lire dans la motion présentée par le Parti québécois (PQ).

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, a fait cette promesse électorale aux Québécois vendredi dernier lors d'un rassemblement militant à Montréal. La proposition avait déjà été évoquée dans deux autres grands centres urbains, soit à Toronto et à Vancouver.

Pour M. Mulcair, il est inacceptable que les maires n'aient personne à qui parler à Ottawa sur des dossiers vitaux pour les villes comme le transport en commun, l'infrastructure et le logement social, avait-il alors expliqué.

Mais la proposition est loin d'avoir plu à Québec.

La motion veut «dénoncer toute proposition visant à ce que le gouvernement fédéral mette en place un ministère des Affaires municipales ou des Affaires urbaines». Elle a été adoptée sans débat ni vote à l'Assemblée nationale.

Québec semble vouloir mettre un frein immédiat à une tentative d'ingérence du fédéral dans ses champs de compétence.

Le NPD a déclaré mercredi après-midi être en accord avec la motion de l'Assemblée nationale. Selon la formation politique fédérale, sa promesse ne vise pas à créer un ministère, mais bien à nommer un ministre, qui sera en fait un «interlocuteur désigné».

«On s'entend tous qu'effectivement les municipalités sont de fait des créatures administratives du gouvernement du Québec», a déclaré le député néo-démocrate Alexandre Boulerice à Ottawa, lorsqu'interrogé à ce sujet.

«Il y a 80% des gens vivent dans des grandes villes maintenant au pays et on a une responsabilité de soutenir puis d'aider des projets de développement (...) et on pense que les citoyens des grands centres urbains doivent avoir une voix au sein du cabinet fédéral. C'est le sens de notre proposition», a-t-il ajouté.

Il convient qu'avec sa motion, Québec a défendu ses champs de compétences et a envoyé un message. Il assure que le NPD respecte la Constitution canadienne.

Pour le NPD, miser sur les métropoles, notamment en se disant à l'écoute de leurs besoins, peut être interprété comme une manoeuvre électorale, puisque les conservateurs peinent à séduire la population des grandes villes.

Le ministre conservateur de l'Infrastructure, Denis Lebel, n'avait pas tardé vendredi à montrer du doigt l'initiative, soutenant que le NPD voulait s'immiscer dans des champs de compétences provinciaux, le même argument utilisé par le PQ dans sa motion.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer