Elizabeth May s'excuse pour ses blagues déplacées

À un certain moment, la ministre des Transports,... (PHOTO FRED CHARTRAND, PC)

Agrandir

À un certain moment, la ministre des Transports, Lisa Raitt, est intervenue et a tenté de persuader Mme May de mettre fin à son allocution.

PHOTO FRED CHARTRAND, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
OTTAWA

La chef du Parti vert du Canada, Elizabeth May, s'est dite «vraiment désolée» pour ses remarques controversées prononcées publiquement samedi soir, qui comprenaient des blasphèmes et des insultes adressées au gouvernement fédéral.

Mme May était l'une des chefs de partis qui se sont adressés aux journalistes et aux élus fédéraux samedi soir au cours du gala annuel de la Tribune de la presse parlementaire. Traditionnellement, les politiciens y prononcent des discours légers, font preuve d'autodérision et taquinent les représentants des médias.

Mme May a prononcé un long discours lors duquel elle a notamment parlé de son statut de seule femme chef de parti. Elle a aussi raconté comment elle avait dû se battre pour être admise dans les débats télévisés des chefs.

À un certain moment, la ministre des Transports, Lisa Raitt, est intervenue et a tenté de persuader Mme May de mettre fin à son allocution. Mais au lieu de se retirer, la chef du Parti vert a affirmé qu'Omar Khadr, l'ancien détenu de Guantanamo récemment libéré sous caution, avait «plus de classe que tout le f---ing cabinet».

Dimanche, en entrevue téléphonique avec La Presse Canadienne, elle a exprimé ses regrets pour le mauvais goût de ses blagues, son manque de respect envers ses collègues parlementaires et son niveau de langage.

«Je ne voudrais pas que quiconque pense que j'ai manqué de respect envers les gens avec qui je travaille, a-t-elle dit. Je m'excuse d'avoir tenté d'être amusante et audacieuse... cela n'a pas fonctionné.»

La chef a expliqué qu'elle venait de surmonter une grippe, qu'elle avait travaillé pendant 21 heures vendredi et qu'elle avait ensuite dû se lever très tôt samedi matin pour quitter la Colombie-Britannique afin de se rendre au gala, qui avait lieu à Gatineau.

«Mon discours comique n'était pas drôle. Mais ce n'est pas la première fois que cela arrive à un politicien», s'est-elle défendue.

En ce qui concerne la partie de son discours portant sur Omar Khadr, Mme May a expliqué qu'elle avait voulu souligner le fait que le Canada est un pays qui donne une deuxième chance aux gens, et qu'elle espérait que les Canadiens l'accueillent parmi eux.

Les remarques d'Elizabeth May lors du gala de samedi soir ont laissé plusieurs personnes perplexes dans la salle. Certains spectateurs se sont demandé ce qui lui était arrivé, ce qui a provoqué une petite tempête sur Twitter dimanche.

Mme May a indiqué qu'elle n'éprouvait pas de rancune envers la ministre Raitt pour être intervenue dans son discours, affirmant qu'elles sont de bonnes amies.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer