Patrick Brown élu à la tête du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario

Patrick Brown... (Photo Frank Gunn, PC)

Agrandir

Patrick Brown

Photo Frank Gunn, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Keith Leslie
La Presse Canadienne
TORONTO

Un député fédéral plutôt inconnu, Patrick Brown, a été élu à la direction du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario, samedi.

Le jeune élu de 36 ans a défait sa rivale, la chef adjointe du parti, Christine Elliot. M. Brown a d'ailleurs écarté l'hypothèse émise par Mme Elliot en cours de campagne, voulant que les adeptes du conservatisme social prennent le contrôle du parti s'il en était élu chef. Il a également promis de ne pas rouvrir le débat sur l'avortement.

Le nouveau chef conservateur a remercié plusieurs communautés ethniques de l'avoir appuyé. Il a aussi tendu la main aux habitants du nord de la province, aux francophones, aux enseignants et aux travailleurs du secteur public encore fâchés par l'engagement pris par son parti au cours de la campagne de 2014 de couper 100 000 emplois dans ce secteur.

«Mon premier test était de convaincre la majorité des membres que je serais un conservateur pragmatique qui mènerait notre parti à la victoire, et je crois que le résultat d'aujourd'hui prouve que nous avons atteint cet objectif», a déclaré M. Brown, qui a défait Christine Elliot par plus de 1 000 points électoraux. Chaque circonscription comptait pour 100 points.

Durant sa course à la chefferie, M. Brown a réussi à vendre 41 000 nouvelles cartes de membre - soit plus de la moitié des 76 500 membres actuels du Parti progressiste-conservateur - en se présentant comme le candidat du renouveau, qui n'a été impliqué dans aucun des «désastres politiques» passés du parti.

«Nous sommes plus jeunes, nous sommes un groupe plus diversifié, a-t-il fait valoir aux 800 partisans rassemblés à Toronto pour connaître le résultat du vote qui s'est déroulé plus tôt cette semaine. Nous représentons davantage de points de vue, davantage de communautés, davantage de langues, davantage de quartiers et davantage de cultures que jamais.»

«Des représentants des travailleurs des secteurs public et privé étaient activement impliqués dans ma campagne, a-t-il ajouté. Des infirmières et des pompiers ont vendu des cartes de membres.»

Patrick Brown a été élu au conseil municipal de Barrie alors qu'il allait encore à l'université. Il a ensuite été élu député de la circonscription du même nom à la Chambre des Communes à Ottawa en 2006, mais n'a jamais été nommé ministre par Stephen Harper.

Il a déclaré qu'il discuterait le plus tôt possible de sa démission à titre de député fédéral avec M. Harper. Il n'a toutefois pas annoncé à quel moment il tenterait de gagner un siège de député ontarien, sauf pour préciser que ce serait avant les prochaines élections provinciales, prévues en 2018.

Le politicien n'avait pas de siège à l'Assemblée législative de l'Ontario, n'avait que l'appui que de cinq membres caucus et était pratiquement inconnu dans la province lorsqu'il a décidé de se lancer dans la course en attaquant la vieille garde conservatrice, qu'il tient responsable des quatre dernières défaites consécutives du parti.

Christine Elliot, veuve de l'ancien ministre fédéral des Finances Jim Flaherty, avait l'appui des deux tiers du caucus conservateur. Elle avait terminé en 3e place lors de la course au leadership de 2009, remportée par Tim Hudak. Ce dernier a démissionné peu après que le parti eut perdu ses deuxièmes élections contre les libéraux, en juin.

Samedi, Mme Elliott a demandé aux membres du parti de se rallier à leur nouveau chef.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer