Le gouvernement Harper envisage de retirer la taxe sur les tampons hygiéniques

Le premier ministre du Canada, Stephen Harper.... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Le premier ministre du Canada, Stephen Harper.

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stephanie Levitz
La Presse Canadienne
OTTAWA

Le gouvernement Harper a indiqué qu'il appuierait une motion présentée par le Nouveau parti démocratique (NPD) en faveur de l'abolition de la taxe fédérale sur les produits hygiéniques féminins. La mesure sera présentée dans un prochain budget, selon les conservateurs.

Plusieurs députés ont tenté depuis 2004 de présenter des projets de loi d'initiative parlementaire sur le sujet, dont un actuellement à l'étude qui a été présenté par la néo-démocrate Irene Mathyssen.

Or, depuis le mois de décembre, plus de 72 000 personnes ont signé une pétition en ligne pour réclamer l'annulation de la taxe sur les produits hygiéniques féminins, qui viserait injustement les femmes, dit-on.

Cet élan a poussé les néo-démocrates à utiliser l'une de leurs rares journées d'opposition pour débattre de la motion.

La secrétaire parlementaire pour la Condition féminine, Susan Truppe, a affirmé vendredi que le gouvernement donnerait son appui au texte et qu'il considérerait cette proposition dans les prochains budgets.

La députée néo-démocrate Niki Ashton a toutefois encouragé le gouvernement à agir maintenant.

«Ce genre d'appui n'est pas suffisant», a tranché Mme Ashton, ajoutant qu'il s'agissait d'une mesure facile à implanter.

Plusieurs autres députés du parti se sont levés à la Chambre des communes jeudi pour présenter des pétitions en faveur du changement, qui coûterait selon le NPD 36 millions de dollars au gouvernement. Le dépôt de pétitions contraint le gouvernement à transmettre une réponse formelle dans les 45 jours suivants.

Les partisans de ce projet de loi plaident que ces biens sont essentiels et ne constituent pas des produits de luxe. Selon eux, s'il n'y a pas de taxe sur les cerises confites, sur les gâteaux de mariage ou sur les articles contre l'incontinence, il ne devrait pas y en avoir sur les produits hygiéniques féminins.

«C'est une taxe obligatoire assumée par seulement la moitié de la population. C'est une taxe qui repose sur des caractéristiques biologiques et même si ça peut sembler mineur, elle met un fardeau injuste sur les femmes, les transgenres et les autres personnes qui ont des menstruations», a déploré Kathleen Fraser, l'une des instigatrices de la pétition en ligne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer