Les élections en Alberta donnent des ailes au NPD de Mulcair

Thomas Mulcair (au centre)... (PHOTO CHRIS WATTIE, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Thomas Mulcair (au centre)

PHOTO CHRIS WATTIE, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lina Dib
La Presse Canadienne
Ottawa

L'élection d'un gouvernement néo-démocrate en Alberta donne des ailes aux troupes de Thomas Mulcair et des mines grises à celles de Stephen Harper.

Si bien que dans une réunion de caucus on chantait et on dansait, mercredi matin, alors que dans la salle d'en face, l'atmosphère était celle d'une «morgue».

Plusieurs néo-démocrates veulent lire dans les résultats de mardi une prédiction pour les élections fédérales d'octobre.

L'Ontarien Craig Scott est sans doute le plus enthousiaste. «Je n'ai qu'un mot à vous dire: octobre!», a-t-il lancé en mettant les pieds au parlement mercredi matin. «C'est plus que possible qu'en octobre on va voir un gouvernement NPD ici à Ottawa», a ajouté le député.

À l'intérieur de la salle de caucus néo-démocrate on a d'ailleurs scandé le mot «octobre», on a tapé des mains, même joué de la guitare et dansé. Le tout sous les yeux des journalistes et des caméras, exceptionnellement invités à assister aux premières minutes de cette réunion hebdomadaire.

«Ils ont dit que le NPD ne pourrait jamais percer au Québec. Ils ont dit que le NPD ne pourrait jamais gagner en Alberta. Les Canadiens veulent du changement et le changement, c'est avec le NPD», a lancé Thomas Mulcair dans un court discours avant que ses députés ne se mettent à chanter et danser.

«C'était plus comme une morgue», a confié le ministre de la Justice, Peter MacKay, en ricanant, comparant sa réunion à la liesse observée de l'autre côté du corridor.

Cette candeur n'était pas partagée par la majorité de ses collègues.

Les élus conservateurs, à une exception près, ont cherché à se distancer de la catastrophe conservatrice albertaine.

«Ce n'est pas ma province», a souligné la ministre du Transport, Lisa Raitt, une Ontarienne, avant de s'engouffrer dans sa réunion.

Ses collègues plus loquaces ont tenu à laisser tout le blâme à Jim Prentice, ex-ministre fédéral conservateur, qui a mené les conservateurs albertains vers le gouffre.

«Nous, nous venons d'équilibrer notre budget. Nous avons des crédits d'impôt pour les familles. Ce n'est pas ce que les progressistes conservateurs (albertains) ont fait. Nous sommes deux partis différents», a insisté le député John Barlow.

Lui et tous ses collègues albertains s'étaient réunis mardi soir pour regarder les résultats des élections qui ont vu le NPD remporter 53 sièges alors que les conservateurs se retrouvaient derrière le Wild Rose.

Deepak Obhrai était à cette soirée. Il est l'exception conservatrice.

«Dans les élections passées, et j'en ai eu six déjà, je n'avais pas de compétition de la part du candidat du NPD. Maintenant, je peux m'attendre à de la compétition», a prédit M. Obhrai à sa sortie de caucus.

Son comté fédéral est maintenant représenté par quatre députés provinciaux néo-démocrates. «Ça m'a jeté à terre parce que j'ai fait du porte-à-porte et je n'ai pas vu ça aux portes. (...) Tous les députés fédéraux doivent réévaluer leur situation», a-t-il tranché.

Un peu à l'écart de tout ça, le chef libéral Justin Trudeau a tenté de tirer une leçon qui lui serait profitable. Un seul député libéral a été élu en Alberta, une province qui n'a jamais été tendre avec les libéraux.

«Je pense que ça souligne qu'il y a un appétit pour le changement à travers le pays, mais aussi qu'aucun parti politique ne peut prendre les électeurs pour acquis», s'est contenté de dire M. Trudeau.

Le député conservateur Steven Fletcher a préféré se moquer.

«Je me suis demandé si le soleil allait se lever ce matin. Et quand il s'est levé, il avait une teinte orange. Très troublant», a ricané l'élu manitobain.

Les journalistes ont cherché à étirer sa métaphore en lui demandant si à l'automne, les feuilles seraient orange ou bleues. «Le ciel est toujours bleu», a rappelé M. Fletcher.

Christy Clark impatiente de travailler avec Rachel Notley

(Victoria) La première ministre libérale de Colombie-Britannique, Christy Clark, est impatiente de travailler de façon constructive, «pour la prospérité de l'Ouest», avec sa nouvelle homologue de l'Alberta, la néo-démocrate Rachel Notley.

Dans un communiqué, Mme Clark félicite la nouvelle première ministre et son équipe, et remercie aussi les progressistes-conservateurs de Jim Prentice pour leur contribution à la vie publique.

Le Nouveau Parti démocratique a remporté mardi une victoire historique en Alberta, chassant les conservateurs au pouvoir depuis 44 ans dans cette province. M. Prentice, un ancien ministre de Stephen Harper, a aussitôt démissionné, mardi soir, de son poste de chef du parti - et du siège qu'il venait d'obtenir à l'Assemblée législative.

Mme Clark s'était réjouie de l'assermentation de M. Prentice au poste de premier ministre en septembre dernier, y voyant la promesse de meilleures relations entre les deux gouvernements après le régime Alison Redford, qu'elle qualifiait d'«ère glaciaire». Elle avait même soutenu à l'époque qu'aucun premier ministre, dans toute l'histoire de l'Alberta, n'avait aussi bien compris la Colombie-Britannique que M. Prentice.

Le chef du NPD de Colombie-Britannique, John Horgan, était bien sûr enchanté de la victoire de son parti frère dans la province d'à côté. Il estime qu'il s'agit là d'une bonne nouvelle pour les citoyens de sa province.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer