Le NPD s'attaque aux candidats-vedettes Deltell et Rayes

Les candidats conservateiurs Gérard Deltell et Alain Rayes... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE ET LA PRESSE)

Agrandir

Les candidats conservateiurs Gérard Deltell et Alain Rayes

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE ET LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) passe à l'offensive et vise deux des candidats-vedettes du Parti conservateur au Québec dans une campagne publicitaire ciblée.

Le message est d'une simplicité désarmante: «Un vote pour Gérard Deltell, c'est un vote pour Stephen Harper», et «Un vote pour Alain Rayes, c'est un vote pour Stephen Harper», est-il écrit dans les publicités.

Le parti a acheté l'espace publicitaire dans des journaux régionaux qui circulent dans les circonscriptions des deux candidats à l'investiture conservatrice.

La formation de Thomas Mulcair espère ainsi établir un net contraste entre un chef «en qui les gens ont confiance», et le premier ministre Harper, pour qui les gens éprouvent une «réticence» à voter, a expliqué un stratège.

La stratégie publicitaire des néo-démocrates a été tournée en dérision par l'ex-député caquiste Gérard Deltell.

«Je tiens à remercier M. Mulcair de nous faire de la publicité gratuite comme ça. On aurait difficilement pu faire mieux», a-t-il ironisé en entrevue téléphonique avec La Presse Canadienne.

«Pour moi, ce n'est surtout pas un boulet (d'être associé à Stephen Harper). Au contraire, c'est une fierté. Je suis très fier de travailler avec lui, et je savais dans quoi je m'en allais quand j'ai décidé de faire le choix du Parti conservateur», a-t-il ajouté.

Le NPD vient ainsi de prouver qu'il n'est «pas tout à fait à l'aise avec le concept des publicités négatives», a raillé M. Deltell.

L'ancien élu de l'Assemblée nationale et le maire de Victoriaville, Alain Rayes, ont annoncé leur intention de faire le saut dans l'arène fédérale au cours des dernières semaines.

Le fait de bénéficier d'une certaine notoriété publique ne constitue cependant pas un laissez-passer automatique pour une candidature, comme l'a appris Pascale Déry.

L'ancienne journaliste a été battue par l'ancien maire et député du Parti égalité, Robert Libman, lors de la cérémonie d'investiture dans la circonscription de Mont-Royal, dimanche soir.

Le Parti conservateur privilégiait clairement sa candidature.

Mme Déry avait été visitée dans la circonscription qu'elle lorgnait par le ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney, et le ministre d'État à la Petite Entreprise, Maxime Bernier.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer