Le Canada reçoit mardi le premier ministre de l'Inde, une première en 42 ans

Le premier ministre de l'Inde, Narendra Modi.... (PHOTO TOBIAS SCHWARZ, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Le premier ministre de l'Inde, Narendra Modi.

PHOTO TOBIAS SCHWARZ, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Un premier ministre indien visitera le Canada pour la première fois en 42 ans. Le premier ministre Stephen Harper reçoit son homologue Narendra Modi afin de resserrer les liens commerciaux entre les deux pays. M. Modi arrive mardi à Ottawa.

M. Modi, qui a été élu il y a près d'un an à la tête du gouvernement de son pays, participera à des rencontres à Ottawa, avant de prononcer un discours au Ricoh Coliseum de Toronto. Il se rendra ensuite dans des temples musulmans et sikhs de Vancouver et Surrey en Colombie-Britannique.

Mais le personnage controversé ne sera pas accueilli partout comme le héros du développement économique décrit par certains.

Le porte-parole de l'Organisation mondiale sikh au Canada Balpreet Singh a indiqué que M. Modi devait s'expliquer sur les nombreuses attaques perpétrées à l'endroit des minorités chrétiennes et musulmanes en Inde.

Le groupe veut aussi attirer l'attention des deux premiers ministres sur le problème de la marginalisation des sikhs et les refus d'octroi de visas pour certains d'entre eux.

Jatinder Singh Grewal, du groupe «Sikhs for Justice», a même demandé au ministre de la Justice Peter MacKay d'intenter une action en justice contre le premier ministre indien, qui était ministre en chef de l'État de Gujarat en 2002 lorsque plusieurs minorités - dont des sikhs et des musulmans - avaient été tuées dans des émeutes.

«Ce genre de personne n'a pas le droit d'entrer dans le monde libre», a plaidé M. Grewal, rappelant que les États-Unis avaient refusé de délivrer un visa à M. Modi en 2005 en lien avec son rôle présumé dans les émeutes. Le premier ministre avait finalement été blanchi et il a visité les États-Unis l'automne dernier.

L'an dernier, le premier ministre indien, au Madison Square Garden à New York, avait livré un discours enflammé sur les réformes économiques qu'il souhaite implanter dans son pays, pendant que des manifestants marchaient à l'extérieur pour dénoncer son bilan sur les droits de la personne.

M. Grewal a indiqué que des manifestations auraient lieu à Toronto, lors du passage de M. Modi au monument commémoratif des 329 victimes de l'attentat dans un vol d'Air India en 1985, et aux temples de la Colombie-Britannique.

Le militant affirme qu'il a interpellé le premier ministre Harper sur la possibilité de tenir un référendum pour créer un État indépendant pour les sikhs dans la région de l'État du Penjab. Selon lui 15 000 sikhs de partout au Canada ont signé une pétition pour qu'un tel scrutin soit organisé - sur le plan international - en 2020.

V.I. Lakshmanan, président de la Fondation Canada-Inde, qui a pour objectif de renforcer les relations entre les deux pays, croit plutôt que cette visite ouvre de nouvelles possibilités aux deux pays. «Au-delà de l'économie, en terme de globalisation, la bonne entente des deux pays peut être très utile», a-t-il remarqué.

Indira Gandhi a été la dernière première ministre à faire une visite au Canada en 1973, alors que le premier ministre au Canada était Pierre Eliott Trudeau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer