Plusieurs voyages de Wallin étaient d'ordre privé, affirme la GRC

La GRC allègue que les faits reprochés à... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

La GRC allègue que les faits reprochés à Mme Wallin constituent un abus de confiance et une fraude dépassant 5000 $.

Photo La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
OTTAWA

La GRC soutient, dans de nouveaux documents déposés en cour, que Pamela Wallin a soumis 21 demandes de remboursement de voyage au Sénat pour des séjours privés et professionnels à Toronto et à Guelph.

Les enquêteurs tentent d'obtenir un ordre de la cour pour contraindre BMO Nesbitt Burns, Bell Média et l'Université de Guelph de présenter tout document relatif aux dépenses de Mme Wallin.

Ces réclamations de Mme Wallin figuraient dans les documents déposés par la GRC au début de mars. Selon ces documents, la sénatrice Wallin a tenté de frauder le Sénat en remplissant 150 demandes de remboursement «suspectes».

Selon la GRC, Mme Wallin aurait frauduleusement réclamé, entre le 4 mars 2009 et le 5 septembre 2012, des remboursements de l'ordre de 25 567 $ pour des voyages personnels et professionnels à Toronto et à Guelph. Elle aurait déposé des réclamations pour un événement organisé par BMO Nesbitt Burns, huit autres par CTV Globe Media et les 12 dernières par l'Université de Guelph et le collège Humber

Le caporal Rudy Exantus écrit que «la sénatrice Wallin a déformé la nature de ces voyages à Toronto lorsqu'elle a été interviewée par un vérificateur externe. Elle a inventé des réunions dont la GRC est capable de déterminer qu'elles n'ont jamais existé.

La GRC allègue que les faits reprochés à Mme Wallin constituent un abus de confiance et une fraude dépassant 5000 $.

Aucune accusation n'a encore été retenue contre l'ancienne journaliste, qui est suspendue du Sénat sans salaire depuis novembre 2013. Aucune des allégations la concernant n'a non plus été prouvée en cour, mais Mme Wallin a déjà remboursé plus de 150 000 $ au Sénat.

Son avocat Terrence O'Sullivan a dit que la sénatrice aurait dû être remboursée par BMO Nesbitt, Bell Média et l'Université de Guelph mais à cause d'une erreur administrative la réclamation a été formulée au Sénat. Il a ajouté que lorsque cette erreur a été découverte, Mme Wallin a remboursé le Sénat.

La sénatrice a siégé au conseil consultatif de BMO Nesbitt Burns, au conseil d'administration de CTV Globemedia à titre de directrice indépendante. Elle a été chancelière de l'Université de Guelph, en Ontario.

Deux autres sénateurs conservateurs, Mike Duffy et Patrick Brazeau, et un ancien sénateur libéral à la retraite, Mac Harb, ont déjà été accusés d'avoir présenté frauduleusement des demandes de remboursement. Tous trois maintiennent leur innocence.

Selon le chef du Parti libéral, Justin Trudeau, ce scandale soulève des doutes sur le jugement du premier ministre Stephen Harper, qui a nommé Mme Wallin, M. Brazeau et M. Duffy au Sénat.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer