Trudeau veut réinstaurer les crédits d'impôts aux fonds de travailleurs

M. Trudeau a souligné que ces fonds de... (PHOTO CHRIS WATTIE, REUTERS)

Agrandir

M. Trudeau a souligné que ces fonds de travailleurs jouaient un rôle essentiel dans le démarrage de petites et moyennes entreprises, par exemple, et qu'ils devaient donc être soutenus plutôt que de se voir mettre des bâtons dans les roues.

PHOTO CHRIS WATTIE, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lia Lévesque
La Presse Canadienne

Le chef libéral fédéral Justin Trudeau s'engage à réinstaurer les crédits d'impôt fédéraux pour contribution aux fonds de travailleurs, dont le gouvernement conservateur de Stephen Harper a déjà annoncé l'abolition.

Le chef du Parti libéral du Canada a prononcé une allocution, vendredi, devant quelque 825 convives de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. Et c'est à cette occasion qu'il s'est engagé, s'il est élu le 19 octobre prochain, à rétablir ces crédits d'impôt fédéraux aux épargnants pour contribution à des fonds comme le Fonds de solidarité FTQ ou le Fondaction CSN.

«Malheureusement, le gouvernement conservateur a décidé de mettre fin aux crédits d'impôt pour contribution à ces fonds. Donc, je suis très fier d'annoncer aujourd'hui qu'un gouvernement libéral va réinstaurer le crédit d'impôt pour contribution à des fonds de travailleurs», a lancé M. Trudeau, qui a alors été interrompu par les applaudissements.

«Les fonds de travailleurs jouent notamment un rôle essentiel dans le démarrage des PME (petites et moyennes entreprises). C'est de l'argent qui sert à créer des emplois ici au Québec ainsi qu'ailleurs au Canada», a souligné M. Trudeau.

En entrevue, le porte-parole du Nouveau parti démocratique pour ce dossier, Alexandre Boulerice, a souligné que le NPD s'était déjà prononcé en ce sens il y a belle lurette.

«On est content de voir que le chef du Parti libéral se joint finalement à la position du NPD. Nous, ça fait déjà pratiquement deux ans qu'on défend cette idée-là, parce que c'est bon pour la création et la sauvegarde d'emplois et parce que c'est bon pour l'épargne des Québécois», a commenté M. Boulerice.

Il a avancé l'hypothèse qu'à l'approche des élections fédérales, le PLC se cherche des appuis au Québec en y faisant maintenant cette annonce. «Je pense que malheureusement, peut-être que les libéraux ont dormi au gaz un petit peu quand l'annonce a été faite par les conservateurs de couper ce crédit d'impôt-là», a ajouté M. Boulerice. L'annonce avait été faite en 2013.

À son tour, le Fonds de solidarité FTQ a applaudi l'annonce de M. Trudeau, y voyant une reconnaissance de l'importance des fonds de travailleurs dans le développement économique.

«C'est non seulement une bonne nouvelle pour eux (les actionnaires-épargnants du Fonds), qui sont majoritairement de la classe moyenne, mais également pour les milliers de PME qui comptent sur notre capital patient», a commenté Gaétan Morin, président et chef de la direction du Fonds de solidarité.

Le Fonds rappelle que de 2002 à 2012 seulement, il a engagé 6 milliards $ en capital de développement, dont 2,1 milliards $ dans du capital de risque, non seulement au Québec, mais également au Canada.

Au Fonds de solidarité, on explique que le crédit d'impôt, qui était de 15 pour cent au provincial et de 15 pour cent au fédéral, verra la part fédérale baisser graduellement à 10 pour cent, puis 5 pour cent, pour finalement tomber à zéro en 2017.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer