Canadien Pacifique: une grève est évitable, dit le ministre de l'Agriculture

Le ministre fédéral de l'Agriculture, Gerry Ritz... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Le ministre fédéral de l'Agriculture, Gerry Ritz

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bill Graveland
La Presse Canadienne
Calgary

Le ministre fédéral de l'Agriculture est confiant de voir une entente négociée entre les travailleurs et les employeurs du Canadien Pacifique afin d'éviter une grève. Quel que soit le résultat, cependant, le gouvernement s'assurera que l'économie canadienne n'en souffrira pas, a affirmé Gerry Ritz.

Les syndicats des 1800 employés affectés à l'entretien et à la sécurité et des 3300 ingénieurs de locomotive et des autres travailleurs ferroviaires ont transmis à leurs membres un avis de grève pour dimanche matin. Un débrayage pourrait perturber le service ferroviaire de transport de marchandises à travers le pays, de même que des services de trains de banlieue comme celui de l'Agence métropolitaine de transport (AMT).

Des négociations ont toutefois lieu à Montréal à l'aide de médiateurs du gouvernement fédéral. Un porte-parole de la ministre du Travail Kellie Leitch a confirmé que la ministre était présente vendredi aux rencontres pour «encourager les deux parties à travailler ensemble et à s'entendre».

En 2012, le gouvernement Harper avait adopté une loi pour mettre un terme à une grève de neuf jours des employés du Canadien Pacifique. Ottawa martelait à l'époque qu'une grève prolongée aurait pu entraîner des pertes de 540 millions $ par semaine.

Selon M. Ritz, un dérangement du service pourrait avoir des effets sur les producteurs de grains de l'Ouest, mais aussi sur d'autres secteurs tels que la foresterie, la potasse et le charbon.

Bien qu'il soit encore tôt, selon lui, il a précisé que le gouvernement considérerait «tous les outils» à sa disposition pour s'assurer que l'économie canadienne ne soit pas affectée.

«Les médiateurs sur le terrain travaillent fort. Espérons qu'ils font des progrès. Elles (les négociations) ne sont pas faites sur la place publique et je ne donnerai pas de détails sur la place publique non plus», a-t-il commenté.

La direction du Canadien Pacifique a indiqué cette semaine que, dans l'éventualité d'une grève, des employés seraient dépêchés pour s'assurer qu'un service minimal soit maintenu.

Les usagers des lignes de trains de banlieue de Candiac, Vaudreuil-Hudson et Saint-Jérôme risquent aussi d'être touchés la semaine prochaine. Ces trois lignes, qui sont exploitées par le Canadien Pacifique (CP), pourraient être paralysées dès dimanche en raison d'une grève des conducteurs et ingénieurs de trains, syndiqués auprès des Teamsters.

Par ailleurs, La Presse Canadienne a appris jeudi que les ingénieurs et conducteurs de trains des lignes Deux-Montagnes, Saint-Hilaire et Mascouche, dont les voies appartiennent au Canadien National (CN), ont voté à 98 pour cent en faveur de la grève et la décision de débrayer pourrait être prise aussitôt que la semaine prochaine également.

L'Agence métropolitaine de transport (AMT) a mis sur pied des services alternatifs de navette par autobus jusqu'aux stations de métro les plus accessibles à compter de dimanche et, surtout, pour lundi matin pour les trois premières lignes, tout en ajoutant qu'un tel plan «ne pourrait pas pallier entièrement au service de train».

L'AMT avait aussi déposé une demande d'injonction ordonnant «le maintien, sans interruption, de l'exploitation des trains de banlieue». La demande d'injonction a été rejetée, vendredi, au palais de justice de Montréal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer