Baird en Israël: la visite de lieux sensibles finalement écartée

Selon son itinéraire préliminaire, obtenu par La Presse... (Photo AP)

Agrandir

Selon son itinéraire préliminaire, obtenu par La Presse Canadienne, John Baird se rendrait au dôme du Rocher, à Jérusalem et possiblement à la mosquée al-Aqsa. Les deux lieux de culte sont situés sur un site revendiqué tant par les juifs que les musulmans.

Photo AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mike Blanchfield
La Presse Canadienne
Ottawa

Le ministre canadien des Affaires étrangères arrivera en Israël, vendredi, pour une visite de quatre jours, et il a décidé de ne pas se rendre dans certains lieux religieux parmi les plus sensibles dans les relations entre juifs et musulmans.

Selon son itinéraire préliminaire, obtenu par La Presse Canadienne, John Baird envisageait de se rendre au dôme du Rocher, à Jérusalem et possiblement à la mosquée al-Aqsa. Les deux lieux de culte sont situés sur un site revendiqué tant par les juifs que les musulmans.

Les juifs l'appellent le mont du Temple, tandis que les musulmans parlent de l'esplanade des Mosquées.

L'endroit a été le théâtre de plusieurs affrontements entre des manifestants palestiniens et les policiers israéliens. En octobre dernier, un policier a abattu un Palestinien soupçonné d'avoir essayé de tuer un militant juif réclamant un meilleur accès au site.

La mention «à confirmer» était associée à la visite de ces lieux par M. Baird.

Or, après avoir dit ne pas vouloir commenter un itinéraire préliminaire, un porte-parole de M. Baird a confirmé jeudi par courriel que le ministre ne se rendrait pas dans ces deux lieux de culte. Adam Hodge n'a pas donné plus de détails.

Lors d'un voyage effectué il y a un an, le premier ministre Stephen Harper avait dû annuler une visite au dôme du Rocher pour des raisons de sécurité.

«Nous ne commentons pas les itinéraires préliminaires du ministre», avait répondu initialement M. Hodge.

Le passage de M. Baird à Jérusalem-Est, un territoire contesté par la Palestine et les Nations unies, avait suscité la controverse en 2013. Le ministre des Affaires étrangères de l'Autorité palestinienne avait d'ailleurs critiqué la visite de M. Baird.

M. Baird arrivera en Israël alors que le pays est en pleine campagne électorale, en vue du scrutin qui se tiendra le 17 mars prochain.

Le ministre y rencontrera tous les candidats importants, dont le premier ministre sortant Benyamin Nétanyahou, le chef de l'opposition Isaac Herzog et l'ancienne ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni.

Les partis des trois politiciens formaient une coalition avant que le premier ministre Nétanyahou ne dissolve la Knesset - le Parlement israélien.

Dimanche, le ministre Baird se rendra à Ramallah, en Cisjordanie, où il s'entretiendra avec son homologue de l'Autorité palestinienne, Riad al-Malki. Il retournera ensuite en Israël pour discuter avec d'autres personnalités palestiniennes, dont l'ancien premier ministre Salam Fayyad.

Il s'agira de la première rencontre de M. Baird avec les autorités palestiniennes depuis que le Conseil de sécurité des Nations unies a bloqué une motion palestinienne réclamant l'établissement d'ici trois ans d'un État palestinien sur les Territoires palestiniens occupés par Israël.

«La négociation, par Israël et l'Autorité palestinienne, la solution à deux États constitue la seule option viable pour assurer une paix durable», a indiqué le ministre, par voie de communiqué, jeudi.

M. Baird a en outre affirmé qu'il souhaitait renforcer ses rapports avec Israël.

«Le Canada accorde une grande valeur aux liens étroits qu'il entretient avec Israël et il se réjouit à l'idée de renforcer davantage ce partenariat au regard de la sécurité, de la diplomatie et du commerce», a-t-il déclaré.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer