Attentats: pas d'influence sur la sécurité du Parlement à Ottawa

Le coprésident du Groupe de travail consultatif mixte sur la sécurité affirme... (Photo: Simon Séguin-Bertrand, archives Le Droit)

Agrandir

Photo: Simon Séguin-Bertrand, archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Presse Canadienne
Ottawa

Le coprésident du Groupe de travail consultatif mixte sur la sécurité affirme que les attaques terroristes survenues la semaine dernière dans la région parisienne n'influenceront pas le prochain plan de protection de la Colline du Parlement.

Le sénateur conservateur Vern White, un ancien chef de la police d'Ottawa, a dit que le plan prendrait en considération plusieurs scénarios - de l'incident impliquant «un loup solitaire» à une attaque bien planifiée, bien coordonnée comme celle dont a été victime la rédaction de Charlie Hebdo.

«Nous réagissons et étudions toutes les possibilités», a déclaré M. White sur les ondes de CFTA, une station de radio de la capitale nationale.

M. White a ajouté que tout le monde comprenait que l'attaque perpétrée par Michael Zehaf Bibeau contre le Parlement, en octobre dernier, aurait pu être beaucoup plus sanglante.

Selon lui, le périmètre de sécurité du Parlement devrait être étendu d'au moins un quadrilatère au-delà de l'entrée principale de l'Édifice du centre. «Pour être franc, on doit tuer les agresseurs aux grilles d'entrée, on doit les tuer sur la pelouse, on doit les tuer à l'extérieur de l'édifice. On ne peut pas se permettre de les laisser entrer dans l'édifice. Un plan de protection doit prendre en compte cette réalité.»

Améliorer la protection en bordure du Parlement pourrait nécessiter l'emploi d'agents de la GRC dont la mission serait de diminuer de cinq à trois le nombre des points d'accès et de mener des fouilles aux entrées, a suggéré le sénateur.

M. White s'est dit fier que la Colline du Parlement soit si accessible pour la population. Il estime que la sécurité des lieux peut être renforcée sans nuire à cet aspect du Parlement.

Quelques jours après l'attaque survenue en octobre, la sécurité avait été resserrée sur la Colline du Parlement, avec l'ajout de contrôles de sécurité, l'armement des gardes et l'interdiction des visites du public au Parlement pendant les réunions du caucus. Le président de la Chambre des communes Andrew Scheer, qui est l'autre coprésident du Groupe de travail, avait alors indiqué que d'autres mesures pourraient être annoncées lorsque le réexamen complet de la sécurité au Parlement serait terminé.

Le 22 octobre, Michael Zehaf Bibeau a ouvert le feu au Monument commémoratif de guerre du Canada, tuant le caporal Nathan Cirillo, avant de se rendre au parlement, où il a recommencé à tirer. Il est mort à l'intérieur de l'édifice principal à la suite d'un échange de coups de feu avec les agents de sécurité du parlement et les policiers de la GRC.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer