Les libéraux dénoncent la publicité d'un groupe pro-armes

La publicité en question montre le père Noël... (Photo National Firearms Association)

Agrandir

La publicité en question montre le père Noël remettre à un jeune garçon une arme semi-automatique.

Photo National Firearms Association

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélanie Marquis
La Presse Canadienne
OTTAWA

Une publicité diffusée par un groupe pro-armes dans laquelle on voit le père Noël offrir un fusil d'assaut à un enfant a été vivement critiquée vendredi par les deux partis d'opposition à Ottawa.

Dans une lettre envoyée aux ministres Peter MacKay, à la Justice, et Steven Blaney, à la Sécurité publique, deux députés libéraux témoignent de leur «vive inquiétude» face à cette publicité qui transmet, selon eux, «un message préjudiciable à nos enfants».

La publicité en question, frappée du logo de l'Association canadienne pour les armes à feu - la National Firearms Association (NFA), selon la dénomination anglophone - montre le père Noël remettre à un jeune garçon une arme semi-automatique.

On peut y lire le slogan «No Ho Ho Compromise» («Pas de compromis») le message «Don't shoot your eye out kid» («Ne te tire pas une balle dans l'oeil, mon enfant»). Cette phrase est vraisemblablement une référence à une réplique du film «A Christmas Story».

Selon les députés libéraux Wayne Easter et Sean Casey, il incombe au gouvernement de la condamner «sans délai» afin de «signaler que des actes irresponsables comme la publication de ce message de la NFA» ne pouvaient être tolérés.

La publicité controversée a entre autres été diffusée sur la page Facebook de l'organisation, au déplaisir de certains internautes.

«Je pense que vous faites fausse route avec celle-ci. Comment cela nous aide-t-il? (...) Ce que l'on en comprend, c'est que nous voulons que les enfants utilisent des armes d'assaut», a écrit l'un d'entre eux.

«Des trucs comme celui-là me font regretter d'être devenu membre», a renchéri un autre sur le même réseau social.

Pour sa part, le NFA juge qu'il n'y a aucun problème à associer l'image d'un enfant à celle d'une arme à feu.

«Pourquoi est-ce qu'il y aurait un malaise? L'âge légal pour chasser au Canada est fixé à 12 ans», a lancé en entrevue téléphonique Shawn Bevins, le vice-président exécutif de la NFA.

L'arme que l'on voit sur l'image est un Windham AR-15, le modèle qui a été utilisé lors de la tuerie à l'école de Sandy Hook, au Connecticut, en 2012.

M. Bevins estime que ce modèle a peut-être mauvaise presse en raison de son «esthétique» et de son «look» qui peuvent «faire peur aux gens», mais qui n'est «pas plus dangereux qu'une autre arme».

Les libéraux sont loin de partager la même lecture.

«La NFA présente cette arme aux enfants comme un jouet. Ce n'est pas un jouet», a martelé en entrevue téléphonique M. Easter, qui est porte-parole en matière de Sécurité publique.

Le député néo-démocrate Alexandre Boulerice en a rajouté une couche, puisant dans son dictionnaire d'adjectifs pour dénoncer la campagne publicitaire de «stupide» et «déplorable».

«Dans l'échelle de la connerie, on est en train d'atteindre des sommets avec la NFA. C'est extrêmement de mauvais goût (...) C'est soit de la bêtise pure, soit une très grande insensibilité», a-t-il lâché à l'autre bout du fil.

L'un des destinataires de la lettre signée par les libéraux, le ministre MacKay, s'était retrouvé dans l'eau chaude à la fin août après avoir été photographié en compagnie de deux militants de la NFA vêtu d'un chandail noir orné du logo de l'organisation.

Tant les libéraux que les néo-démocrates jugent qu'il s'agit là d'une illustration probante de la proximité entre le lobby pro-armes et le gouvernement conservateur.

«Est-ce que (la publicité) est une tentative de la NFA de montrer qu'elle a les conservateurs dans sa petite poche?», s'est interrogé M. Easter.

Invité à réagir au contenu de la lettre transmise par les libéraux, le bureau de M. MacKay a réitéré ce que ce dernier avait répliqué dans la foulée de la parution de la photographie controversée, soit qu'il «soutient les politiques sûres et sensées en matière d'armes à feu».

De son côté, le ministre Blaney «est au courant de la publicité», s'est contenté d'écrire son attaché de presse, Jean-Christophe de Le Rue.

«Notre gouvernement a introduit le projet de Loi sur la délivrance simple et sécuritaire des permis d'armes à feu qui obligera les particuliers qui possèdent une arme à feu pour la première fois à suivre des cours de sécurité dans le maniement des armes à feu», a-t-il ajouté dans son courriel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer