F-35: la marge de manoeuvre budgétaire diminue

Le gouvernement conservateur a mis sur la glace... (Archives Reuters)

Agrandir

Le gouvernement conservateur a mis sur la glace l'achat des F-35.

Archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Murray Brewster
La Presse Canadienne
Ottawa

Le gouvernement fédéral a de moins en moins de marge de manoeuvre dans son budget alloué de 9 milliards $ pour se procurer des avions chasseurs de type F-35, selon un rapport indépendant du ministère de la Défense nationale.

Le Secrétariat national d'approvisionnement en chasseurs a rendu publique mercredi sa mise à jour annuelle sur l'estimation des coûts du programme, qui est en veilleuse depuis deux ans.

L'examen estime que les coûts à vie des appareils ont augmenté à 45,8 milliards $ sur 40 ans, soit une hausse de 141 millions $ par rapport à l'évaluation précédente en 2013. Ces coûts incluent l'achat, l'entretien et l'exploitation de 65 avions.

Le gouvernement conservateur a mis sur la glace l'achat des F-35 et gelé le budget réservé à cet effet après qu'un rapport du vérificateur général eut accusé la Défense nationale et les Travaux publics de sous-estimer les coûts du programme.

Or, selon le document du secrétariat, les délais et des facteurs économiques variés rongent les surplus de la réserve de prévoyance d'acquisition, estimée à seulement 76 millions $ - une diminution de 266 millions $ depuis 2013.

Même une variation modeste de l'inflation ou du taux d'échange pourrait surpasser le budget prévu pour le remplacement des CF-18.

Des experts de la firme comptable Grant Thornton, qui signe le document, affirment que le gouvernement peut toujours se permettre cet achat selon les données actuelles.

«Si l'ensemble de la réserve de prévoyance d'acquisition était nécessaire, l'insuffisance pourrait être comblée par l'achat d'un nombre réduit d'aéronefs», notent les auteurs.

Cependant, ils estiment que les risques demeurent considérables à long terme puisque pour respecter les cibles reliées au frais d'entretien, les F-35 devraient être beaucoup moins utilisés que ceux de la flotte actuelle.

«Dans les estimations, on emploie un contingent de 11 700 heures - près de 20 pour cent de moins que celui actuellement prévu pour les CF-18 - ou 15 heures par mois, par avion», est-il écrit dans le document.

Selon l'analyse, si le Canada va de l'avant avec son projet, il commencera à acheter les F-35 dès 2020, pour avoir tous les appareils à temps en 2025, lorsque tous les modèles plus anciens seront retirés.

Le programme des avions F-35 a suscité plusieurs critiques depuis des années, notamment en raison des dépassements de coûts et des délais de livraison.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer