Polytechnique: les propos de MacKay décriés par Mulcair

Le ministre de la Justice, Peter MacKay... (Photo Adrian Wyld, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le ministre de la Justice, Peter MacKay

Photo Adrian Wyld, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélanie Marquis
La Presse Canadienne
OTTAWA

Pour la seconde fois en l'espace de quelques heures, un ministre conservateur a fait bondir l'opposition à Ottawa en raison de propos jugés inappropriés sur la tuerie de l'École polytechnique.

Le ministre de la Justice, Peter MacKay, a déclaré mardi en Chambre qu'on ne saurait possiblement jamais pourquoi le tireur Marc Lépine a abattu 14 femmes le 6 décembre 1989.

En réponse à une question du député libéral Marc Garneau, il a soutenu que «nous pourrions ne jamais comprendre ce qui s'est passé, pourquoi cela s'est passé, pourquoi ces femmes ont été ciblées dans cet horrible acte de violence».

Abasourdi par la réponse offerte par le ministre, le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, est revenu à la charge vers la fin de la période des questions pour l'inviter à corriger sa déclaration.

«Nous savons pourquoi c'est arrivé. Nous savons pourquoi ces femmes ont été ciblées. C'est parce que c'étaient des femmes. C'est ce que Marc Lépine a écrit dans son manifeste», a-t-il martelé.

Après avoir rétorqué qu'«évidemment», les victimes avaient été ciblées parce qu'elles étaient des femmes, M. MacKay s'est dit «profondément déçu» de voir que le chef néo-démocrate «tente de politiser cet enjeu» à quelques jours du 25e anniversaire de la tragédie.

Thomas Mulcair s'est ensuite adressé au ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney, afin de réclamer le retrait du projet de loi C-42, qui facilite l'accès aux armes à feu.

«Le Ruger (le modèle d'arme qu'a utilisé Marc Lépine) devrait être banni au lieu d'être plus facile à obtenir et à transporter au Canada», a-t-il tonné.

Piqué au vif, le ministre Blaney a défendu son projet de loi, invitant «le député de l'opposition à faire preuve de cohérence et à (l')appuyer».

Il avait également défendu son projet de loi lundi matin après avoir affirmé que «la plus belle réponse qu'on peut faire à cet acte ignoble» était «de faire en sorte que les femmes choisissent la profession d'ingénierie et refusent ce discours rétrograde».

Le chef libéral Justin Trudeau s'est montré guère impressionné par les commentaires formulés par les conservateurs au cours des dernières heures.

«Chaque fois qu'on s'approche du 6 décembre, ce gouvernement démontre encore une fois qu'il ne comprend pas ni ce qui s'est passé, ni l'importance de ce souvenir (...) et d'agir en conséquence», a-t-il déploré en point de presse.

Le 25e anniversaire de la tragédie aura lieu samedi. Plusieurs événements, dont une veillée aux chandelles sur le mont Royal, sont au programme.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer