Élection partielle: la nervosité gagne les conservateurs

Dans les rangs conservateurs, on admet volontiers que... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

Dans les rangs conservateurs, on admet volontiers que cette élection partielle est un test important à quelque 11 mois des prochaines élections fédérales, prévues le 19 octobre 2015.

Photo La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Rarement aura-t-on vu autant de ministres influents du gouvernement Harper défiler dans une circonscription dans un court laps de temps dans le cadre d'une élection partielle.

Rarement aussi aura-t-on vu le gouvernement Harper multiplier les annonces à saveur économique pour convaincre les électeurs de cette même circonscription de demeurer fidèles au Parti conservateur lorsqu'ils iront aux urnes le lundi 17 novembre.

Mais il appert que cela traduit une certaine nervosité qui gagne les rangs conservateurs à quelque 10 jours de l'élection partielle qui doit avoir lieu dans la circonscription de Whitby-Oshawa, celle-là même qu'a représentée à la Chambre des communes l'ancien ministre des Finances Jim Flaherty de 2006 jusqu'à sa mort en avril.

Dans les rangs conservateurs, on admet volontiers que cette élection partielle est un test important à quelque 11 mois des prochaines élections fédérales, prévues le 19 octobre 2015.

Perdre ce siège au profit des libéraux de Justin Trudeau pourrait être catastrophique. Cela confirmerait leur pire crainte, selon laquelle l'usure du pouvoir s'installe dans l'esprit des électeurs, qu'ils sont vulnérables en Ontario, cette province qui leur a procuré leur majorité aux dernières élections, et qu'il sera difficile, voire impossible, de renverser la tendance qui se dessine dans les sondages nationaux depuis 18 mois et qui accorde une avance aux libéraux.

«On ne tient vraiment rien pour acquis dans Whitby-Oshawa. S'il fallait perdre cette circonscription, ce serait une défaite lourde de conséquences», a confié à La Presse une source conservatrice qui a requis l'anonymat.

«Cela démontrerait que nous sommes en train de perdre l'avantage électoral que nous détenons dans la grande région de Toronto, un avantage que nous avons durement gagné aux dernières élections. Il faut éviter cela à tout prix», a ajouté cette source.

Ce n'est donc pas un hasard si le premier ministre Stephen Harper a décidé d'annoncer lui-même de nouvelles baisses d'impôt totalisant 4,6 milliards de dollars la semaine dernière dans un centre communautaire à Vaughan, à environ 55 km de Whitby.

Ce n'est pas un hasard non plus si le ministre des Finances, Joe Oliver, fera sa mise à jour économique et financière à Toronto le mercredi 12 novembre, cinq jours seulement avant la tenue de l'élection partielle.

«Il est important de rappeler aux électeurs que l'héritage économique de Jim Flaherty est bel et bien vivant et se poursuit. Whitby-Oshawa était la circonscription de Jim Flaherty. Il faut maintenant travailler pour en faire une circonscription conservatrice», résume-t-on dans les rangs conservateurs.

Le Parti libéral a détenu cette circonscription de 1993 à 2006. Auparavant, le NPD avait régné en maître dans Whitby-Oshawa de 1968 à 1993, notamment grâce à son chef Ed Broadbent.

Des ministres en renfort

Cette semaine, le ministre des Affaires étrangères, John Baird, s'est rendu dans la circonscription afin de donner un coup de pouce à la candidate conservatrice Pat Perkins. La veuve de Jim Flaherty, Christine Elliott, qui est députée conservatrice à Queen's Park et brigue la direction du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario, était aussi présente durant son passage, tout comme son fils Galen Flaherty.

Hier, c'était au tour du président du Conseil du Trésor, Tony Clement, de faire campagne aux côtés de Mme Perkins, qui était mairesse de Whitby avant de tenter sa chance sur la scène fédérale.

D'autres ministres tels que la ministre du Travail, Kelly Leitch, une amie de Jim Flaherty, ont aussi fait un saut dans la circonscription au cours des dernières semaines.

Celina Caesar-Chavannes porte la bannière du Parti libéral dans cette élection partielle tandis que Trish McAuliffe porte les couleurs du NPD.

Un sondage mené par la firme Forum Research publié le 27 octobre accordait 41% à la candidate conservatrice, 32% à la candidate libérale et 15% à la candidate néo-démocrate. Aux élections de 2011, Jim Flaherty avait remporté la victoire avec 58% des suffrages.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer