Intrusion chez les Trudeau: un député conservateur s'excuse

Dans un gazouillis mis en ligne dimanche, Ryan...

Agrandir

Dans un gazouillis mis en ligne dimanche, Ryan Leef disait: «Puisque Justin croit que le budget s'équilibre de lui-même, peut-être croit-il que les portes se barrent toutes seules.»

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Presse Canadienne
Ottawa

Un député conservateur s'est excusé pour avoir utilisé l'affaire de l'invasion de domicile chez les Trudeau comme une chance de lancer une pique au chef libéral.

Le député du Yukon, Ryan Leef, dit avoir écrit une lettre personnelle à Justin Trudeau pour s'excuser de sa réponse inappropriée à l'affaire de l'entrée par effraction, qui est survenue tôt samedi matin lorsque la conjointe de M. Trudeau et ses trois jeunes enfants dormaient dans leur domicile d'Ottawa.

M. Trudeau se trouvait à Winnipeg au moment des faits.

Selon des sources, rien n'a été pris dans le domicile, mais certains des couteaux de cuisine ont été placés sur le plancher. Une note menaçante placée par-dessus ceux-ci indiquait que ces objets auraient pu être volés, avant de recommander de barrer les portes à l'avenir.

Dans un gazouillis mis en ligne dimanche, M. Leef disait: «Puisque Justin croit que le budget s'équilibre de lui-même, peut-être croit-il que les portes se barrent toutes seules.»

Les conservateurs, y compris le premier ministre Stephen Harper, ont plusieurs fois tourné le chef libéral en ridicule pour avoir laissé entendre, l'hiver dernier, que le budget fédéral «s'équilibrera de lui-même», alors que l'économie croît. Selon eux, cela est un autre signe que M. Trudeau est «dépassé par les événements».

Le député Leef a reconnu lundi par communiqué qu'il n'aurait pas dû utiliser cette entrée par effraction pour lancer une attaque partisane contre M. Trudeau. «Le gazouillis était une réponse à l'humour un peu grinçant à un premier tweet qui parlait de possibles réponses à l'intrusion dans le domicile de M. Trudeau», a indiqué M. Leef, un ancien agent de la GRC.

«Y répondre n'était pas de bon goût et cela ne reflète en aucun cas la gravité de l'incident, pas plus que cela ne fait référence à mon engagement envers la sécurité publique. J'ai effacé ce message en signe de reconnaissance de son côté inapproprié, et ai écrit une lettre personnelle à M. Trudeau et à sa famille pour offrir à la fois mes excuses et manifester mon inquiétude concernant leur bien-être et leur tranquillité d'esprit.»

La police fédérale procède actuellement à une évaluation des risques pour déterminer si des mesures de sécurité devront être prises pour protéger M. Trudeau et sa famille. Le chef de la deuxième opposition n'a d'habitude pas droit à un détachement de policiers, ou à une protection particulière.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer