Pas de Fête du Canada pour certains pays moins appréciés d'Ottawa

Le ministère des Affaires étrangères fait circuler en... (PHOTO ADRIAN WYLD, ARCHIVES PC)

Agrandir

Le ministère des Affaires étrangères fait circuler en juin de chaque année une liste de «persona non grata», demandant à ses ambassades et autres missions d'interdire l'entrée à ces gens lors de la Fête nationale.

PHOTO ADRIAN WYLD, ARCHIVES PC

Dean Beeby
La Presse Canadienne
OTTAWA

Le gouvernement Harper ferme la porte au nez de certains responsables d'États parias en ordonnant à ses missions diplomatiques de ne pas les inviter aux réceptions de la Fête du Canada, le 1er juillet.

Le ministère des Affaires étrangères fait circuler en juin de chaque année une liste de «persona non grata», demandant à ses ambassades et autres missions d'interdire l'entrée à ces gens.

Le ministère a refusé de divulguer sa plus récente liste, mais La Presse Canadienne a obtenu celle de l'an dernier. Bien peu de choses risquent d'avoir changé, à l'exception de la possible inclusion de la Russie pour la première fois cette année.

Corée du Nord, Îles Fiji, Bélarus, Iran, Syrie, Madagascar et Guinée-Bissau sont les principaux noms sur cette liste, en grande partie en raison de l'opposition d'Ottawa aux gouvernements non élus qui dirigent ces pays.

Taïwan est également sur la liste, mais simplement parce que le Canada ne reconnaît pas l'île comme un pays, plutôt que d'être en désaccord avec son gouvernement.

Le Soudan jouit d'un statut spécial: ses dignitaires peuvent être invités, mais seulement ceux sur qui ne pèsent pas des mandats d'arrêt de la Cour pénale internationale.

La liste de l'an dernier, créée avant le schisme diplomatique entre le Canada et le président russe Vladimir Poutine à la suite de l'implication de la Russie en Ukraine, n'inclut pas Moscou, mais les responsables du Kremlin ne sont certainement pas les bienvenus cette année.

Les relations d'Ottawa avec la Birmanie se sont améliorées au cours des dernières années, et la liste de l'an dernier permettait aux responsables civils birmans d'assister aux réceptions.

Un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Ian Trites, a refusé de commenter la liste. Il n'a pas non plus voulu répondre aux questions portant spécifiquement sur le statut de la Russie et la liste de cette année.

Le Canada a imposé des sanctions contre plus de 50 ressortissants russes et d'autres personnes liées à la crise en Ukraine, tandis que la Russie a rétorqué en imposant des sanctions à plus d'une dizaine de Canadiens.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer