Mario Beaulieu élu chef du Bloc québécois

Mario Beaulieu, natif de Sherbrooke, a obtenu 53,5%... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

Mario Beaulieu, natif de Sherbrooke, a obtenu 53,5% d'appui des membres du Bloc québécois, dans une course à la direction où 58% d'entre eux se sont prononcés.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sans chef depuis six mois, les militants du Bloc québécois ont élu l'ancien président de la Société Saint-Jean-Baptiste Mario Beaulieu à la tête de la formation souverainiste.

L'homme de 54 ans a obtenu 53,5% du vote de la course à la direction du parti. Il a prononcé un discours au ton guerrier devant quelques centaines de militants réunis au théâtre Le National, au centre-ville de Montréal.

«Nous lançons maintenant une campagne permanente pour l'indépendance du Québec. (...) Nos adversaires ont souvent annoncé la mort du mouvement souverainiste, mais j'ai une surprise pour eux. Notre résilience et notre retour en force, plus énergique que jamais», a déclaré M. Beaulieu devant une foule survoltée qui criait son nom.

«Nous attendons ce moment depuis 20 ans. Le temps de l'attente et du défaitisme est terminé. Le temps de rêver à la liberté et de croire en l'avenir est revenu », a-t-il poursuivi, alors que les militants scandaient haut et fort « Nous vaincrons!».

Duceppe en colère 

Ce passage du discours du nouveau chef bloquiste a piqué au vif l'ancien leader de la formation souverainiste, Gilles Duceppe, qui a rapidement quitté la salle.

«Si on calcule 20 ans, ça nous ramène en 1994. Ce qu'il dit est faux, c'est un mensonge éhonté et de la démagogie. (L'ancien chef du Parti québécois) Jacques Parizeau disait vers les années 2000 que le Bloc était le phare du mouvement souverainiste», a dit M. Duceppe en entrevue téléphonique avec La Presse.

«Ce n'est pas en parlant de 20 ans de défaitisme ou en disant des mensonges que le Bloc va gagner la confiance des électeurs. Crier '' Nous vaincrons '', c'est de l'inconscience! C'est le cri du Front de libération du Québec (FLQ)! Ceux qui criaient ça ne sont pas innocents. C'est s'inspirer d'erreurs fondamentales à travers notre histoire. On ne doit pas faire ça», a-t-il ajouté.

Quelques minutes après son discours, alors que les militants se dispersaient, Mario Beaulieu a précisé ses propos.

«Je parlais du défaitisme que plusieurs militants ont ressenti au fil des défaites. Je ne veux aucunement dénigrer le travail de mes prédécesseurs», a déclaré le nouveau chef bloquiste lors d'une mêlée de presse.

«Notre stratégie est de faire une campagne d'alliances avec tous les indépendantistes. Et ça, ça n'a jamais été fait, on l'a tenté, mais... Moi, j'ai travaillé 10 ans les années passées pour rassembler les organisations indépendantistes. C'est ce qu'on voit avec le résultat aujourd'hui», a-t-il ajouté.

Un parti à reconstruire

Mario Beaulieu, natif de Sherbrooke, l'a emporté aujourd'hui dans une course à la direction où 58% des membres se sont prononcés. Il en sort victorieux même si les trois autres représentants du Bloc à la Chambre des communes ont appuyé leur collègue André Bellevance.

«Aujourd'hui, on félicite le gagnant. J'accepte le verdict. J'aime ce parti, c'est pour ça que j'ai offert mes services, mais je respecte le choix des militants», a déclaré le député de Richmond-Arthabaska et candidat défait à la direction, M. Bellavance, qui a refusé d'indiquer s'il se présentera ou non aux prochaines élections fédérales en octobre 2015.

Il reste ainsi un peu plus d'un an pour Mario Beaulieu, connu pour son militantisme actif envers la défense de la langue française, afin de reconstruire le parti en prévision du prochain scrutin.

Selon lui, les députés bloquistes à Ottawa doivent passer moins de temps dans la capitale nationale, afin de se consacrer au travail de terrain dans chacune des circonscriptions. Un mot doit constamment revenir dans le porte-à-porte à venir: souveraineté.

«Il a une capacité d'attraction qui ressemble un peu à celle qu'avait (Pierre) Bourgeault dans le temps. Il est très recherché dans les cégeps et les universités. S'il réussit à rejoindre ces gens-là, ça peut être bon», a dit le député bloquiste de Bas-Richelieu-Nicolet-Bécancou, Louis Plamondon, peu avant la fin du rassemblement.

Les jeunes pourraient d'ailleurs avoir joué un rôle dans le résultat dévoilé aujourd'hui. En plus de divers appuis de personnalités publiques, dont l'ancien premier ministre du Québec Bernard Landry, l'ancienne candidate du Parti québécois et essayiste Djemila Benhabib et la comédienne Lucie Laurier, l'aile jeunesse du Bloc québécois avait ouvertement milité pour Mario Beaulieu.

«Il y a un ''rebrassage'' dans la stratégie du mouvement indépendantiste. Cette course au Bloc fait partie de ce processus. C'est le courant de l'approche franche envers l'indépendance qui est de retour. Ça va donner le ton», a expliqué à La Presse Sol Zanetti, chef d'Option nationale, un parti politique provincial dont plusieurs militants sont de jeunes souverainistes.

En début d'après-midi, le Parti conservateur du Canada était la seule formation politique à avoir réagi à la victoire de Mario Beaulieu à la direction du Bloc.

«Le Bloc québécois continue de nous démontrer qu'il n'a rien à offrir aux Québécois sur les enjeux qui les préoccupent. (Le parti) a fait son temps», a écrit le lieutenant politique du premier ministre Stephen Harper pour le Québec, Denis Lebel, par voie de communiqué.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer