Bureaux satellites: le NPD n'aurait pas remis tous les documents réclamés

Le chef du NPD, Thomas Mulcair.... (Photo: Reuters)

Agrandir

Le chef du NPD, Thomas Mulcair.

Photo: Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(OTTAWA) Le Nouveau Parti démocratique n'a pas produit un document que lui réclame un comité des Communes chargé de faire la lumière sur l'embauche d'employés parlementaires dans des bureaux satellite au Québec.

Le député conservateur Joe Preston, qui préside le Comité permanent des affaires de la Chambre, a affirmé que le NPD n'a toujours pas produit un bail comme le demande son comité.

« Certains des documents du NPD sont très minces, a déclaré M. Preston aux Communes. Leur chef a affirmé qu'il suit les règles. Espérons que d'ici 11h (jeudi) matin, les néo-démocrates auront suivi les règles et soumis le bail. » Le NPD confirme qu'il n'a pas remis le document au comité.

L'affaire des bureaux satellite plonge le NPD dans l'embarras depuis quelques jours. Son chef, Thomas Mulcair, devra expliquer demain en comité pourquoi la formation politique a posté des employés parlementaires payés par la Chambre des communes à Montréal et à Québec.

M. Muclair a défendu cette pratique, mercredi. Il a d'ailleurs confirmé que le NPD compte ouvrir un nouveau bureau satellite en Saskatchewan, même si la formation n'y compte aucun député.

« Pendant des années, les libéraux et les conservateurs ont pensé que leur personnel devrait rester ici dans la bulle d'Ottawa, a dit M. Mulcair, mercredi. Les libéraux ont toujours pensé que leur personnel ne devrait parler qu'aux lobbyistes. Nous sommes d'un autre avis : nous pensons que nous devrions sortir pour travailler avec les gens. »

Le chef néo-démocrate martèle que son parti n'a jamais enfreint les règles, puisque les autorités de la Chambre des communes savaient depuis le début que des employés parlementaires étaient domiciliés à Montréal et qu'ils avaient des numéros de téléphone à l'indicatif régional « 514 ».

Pourtant, des documents obtenus par La Presse et d'autres médias indiquent que le NPD a indiqué en 2011 à l'administration de la Chambre des communes que les neuf employés de ces bureaux satellites travailleraient d'Ottawa.

Face à cette apparente contradiction, Thomas Mulcair martèle que le NPD a été « d'une limpidité complète » avec les autorités des Communes sur l'utilisation de ressources parlementaires à l'extérieur d'Ottawa.

« On a dit depuis le début qu'on avait des gens qui allaient travailler à Montréal », a dit M. Mulcair au cours d'un point de presse tumultueux.

Le chef libéral, Justin Trudeau, espère que le passage de M. Mulcair devant le comité parlementaire, aujourd'hui, permettra de tirer les choses au clair.

« La mauvaise utilisation de fonds publics est un enjeu extrêmement sérieux et j'ai bien hâte qu'il s'explique en comité demain, a-t-il déclaré. Je pense que nous allons tous avoir plus de réponses suite à sa parution devant le comité. »




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer