L'armée canadienne renie sa promesse envers un vétéran

Kristian Wolowidnyk en mission en Afghanistan en 2010.... (Archives PC)

Agrandir

Kristian Wolowidnyk en mission en Afghanistan en 2010.

Archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Murray Brewster
La Presse Canadienne
OTTAWA

La Défense nationale a fait volte-face et a révoqué une offre qui aurait permis à un soldat souffrant du syndrome de stress post-traumatique, qui s'est exprimé sur la place publique l'automne dernier à propos de sa tentative de suicide, de recevoir un congé à long terme de la part de l'armée.

L'histoire du caporal-chef Kristian Wolowidnyk a fait les manchettes partout au pays, en novembre, lorsqu'il a été révélé qu'il avait tenté de s'enlever la vie après que l'armée l'eut engagé sur une voie vers le congédiement. L'armée a fait marche arrière après que l'affaire fut devenue publique, mais est revenue sur sa décision la semaine passée, en affirmant que l'homme ne se qualifiait pas pour le programme.

M. Wolowidnyk s'est vu communiquer les plus récents développements mardi par des responsables de l'Unité interarmées de soutien du personnel d'Edmonton, l'un des nombreux centres conçus pour réintégrer les soldats blessés ou malades au sein de leur unité ou - plus souvent qu'autrement - leur offrir une transition vers la vie civile.

M. Wolowidnyk et son épouse se sont fait dire que l'offre d'un congé prolongé en vertu du Programme de transition avait été retirée, et que le médecin stationné à la base avait déclaré qu'il n'existait pas de raison médicale selon laquelle l'homme ne pouvait pas travailler ou se trouver à l'école.

Dans une lettre adressée au ministre de la Défense Rob Nicholson et du chef d'état-major, le général Tom Lawson, l'épouse du caporal-chef affirme que le médecin n'a jamais rencontré son mari, et elle dit croire que le ministère le soutenait seulement en attendant que l'attention médiatique disparaisse. L'ancien ingénieur de combat et vétéran de la guerre en Afghanistan ne peut commenter puisqu'il a été poussé à signer la politique sur les médias de la Défense, ce qui l'empêche de critiquer l'armée.

Une porte-parole de M. Nicholson a répondu dimanche en soulignant que le gouvernement et l'armée «prenaient très à coeur les soins offerts aux blessés et aux malades», et que des investissements importants avaient été réalisés dans de nouveaux programmes, de nouvelles thérapies, ainsi que pour l'embauche de personnel. Johanna Quinney a toutefois laissé sous-entendre que le gouvernement n'interviendra pas.

«Le ministre s'est fait certifier, par l'armée, que tous les efforts étaient mis de l'avant pour assurer une transition positive pour ce soldat, a-t-elle écrit par courriel.

«Nous nous attendons à ce que l'armée aide M. Wolowidnyk et sa famille à toutes les étapes pendant cette période.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer