Trudeau bloque une candidate, son mari aurait intimidé des membres

La libérale Christine Innes, candidate malheureuse en 2008... (Photothèque La Presse)

Agrandir

La libérale Christine Innes, candidate malheureuse en 2008 et 2011 dans la circonscription de Trinity-Spadina

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Joan Bryden
La Presse Canadienne
OTTAWA

Justin Trudeau démarre une «campagne de prévention» au sein des troupes libérales pour éviter des déchirements à l'intérieur du parti.

L'équipe du chef libéral a écarté de toute course à l'investiture, jeudi, la libérale Christine Innes, candidate malheureuse en 2008 et 2011 dans la circonscription de Trinity-Spadina, laissée vacante mercredi par la députée Olivia Chow, qui brigue la mairie de Toronto.

Dans un courriel envoyé à Mme Innes par le coprésident de la campagne libérale en Ontario, David MacNaughton, le parti l'informe avoir reçu des plaintes voulant que son mari, l'ancien député libéral de la même circonscription, Tony Ianno, aurait intimidé les partisans de Chrystia Freeland, députée de la circonscription voisine de Toronto-Centre. M. Ianno a été député de Trinity-Spadina durant 13 ans avant d'être défait par la néo-démocrate Chow, en 2006.

Selon M. MacNaughton, des remarques désobligeantes ont été faites à plusieurs jeunes libéraux à propos de Mme Freeland. M. Ianno aurait laissé entendre que leur avenir au sein du parti serait compromis.

M. Trudeau avait promis des courses à l'investiture «ouvertes» dans toutes les circonscriptions, y compris la sienne, tout en précisant que la direction du parti se réservait le droit d'écarter des candidatures qui ne respectent pas certaines normes. Depuis, l'entourage de Justin Trudeau a précisé que le chef a quand même le droit de favoriser une candidature, tant que la course demeure équitable.

Mme Innes n'a pas immédiatement répondu aux demandes d'entrevue. Selon David MacNaughton, elle nie toutes les allégations. Il a également admis qu'il ne possédait aucune preuve qu'elle avait personnellement été impliquée dans cette campagne d'intimidation.

Cette décision, a-t-il expliqué, vise à envoyer un message clair à tous les libéraux et à éviter les déchirements intérieurs qui ont déjà failli détruire le parti.

M. Ianno avait été un des principaux instigateurs de la révolte du caucus libéral contre le premier ministre Jean Chrétien.

À la suite d'une révision de la carte électorale, les circonscriptions de Trinity-Spadina et de Toronto-Centre seront redécoupées en trois en vue des prochaines élections générales. Mais pour l'élection complémentaire à venir dans Trinity-Spadina, le PLC a exigé des candidats qu'ils s'engagent, s'ils sont choisis, à ne pas ensuite se présenter aux prochaines élections générales dans la nouvelle circonscription convoitée par l'actuelle députée Chrystia Freeland.

Selon les libéraux, Mme Innes a refusé cette condition, et son équipe aurait alors amorcé une campagne d'intimidation auprès des militants qui vont choisir leur candidat dans Trinity-Spadina pour la complémentaire.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer