Exclusif

Ottawa a discrètement conclu un accord militaire avec la Chine

L'accord signé entre le gouvernement Harper et le... (Archives Reuters)

Agrandir

L'accord signé entre le gouvernement Harper et le gouvernement chinois prévoit notamment des échanges et une plus grande coopération dans des domaines tels que l'aide humanitaire, les secours aux sinistrés et la sécurité maritime, ainsi que des échanges entre établissements d'enseignement.

Archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Après avoir boudé la Chine pendant la première partie de son règne, le gouvernement Harper a changé son fusil d'épaule de façon spectaculaire en matière de relations sino-canadiennes, allant jusqu'à parapher discrètement il y a quelques mois un accord militaire avec le régime chinois.

Si les gouvernements libéraux précédents jugeaient essentiel d'entretenir de bonnes relations diplomatiques avec la Chine afin d'obtenir un accès à un marché en pleine expansion, ils n'avaient pas envisagé l'idée de pousser cette collaboration jusqu'à conclure un accord militaire comme l'ont fait les conservateurs de Stephen Harper.

Cet accord a été signé en août dernier par le ministre de la Défense, Rob Nicholson, et son homologue chinois, le général Chang Wanquan, à Ottawa, sans que les journalistes canadiens aient été informés.

Des médias canadiens ont fait état de la signature de l'accord, sans avoir entre les mains les détails de celui-ci, une semaine après la visite du général Chang et après que des médias chinois eurent rapporté la nouvelle.

La Presse a obtenu l'accord grâce à la Loi sur l'accès à l'information. La version obtenue est une ébauche, mais elle correspond en tout point à celle qui a été signée.

Quelques modalités

Entre autres choses, «L'initiative de plan de coopération entre l'Armée de libération populaire de Chine (ALP) et les Forces armées canadiennes (FAC)» prévoit des visites de délégations militaires de haut niveau (chefs d'armée, de commandants de région militaire et de commandants opérationnels) à intervalle régulier; un dialogue sur la coordination de la défense; des échanges et une plus grande coopération dans des domaines tels que l'aide humanitaire, les secours aux sinistrés et la sécurité maritime; et des échanges entre établissements d'enseignement.»

«Les échanges entre les participants ne sont pas restreints aux activités présentées ci-dessus puisque les deux participants sont d'avis que ces activités constituent des points de départ potentiels pour leurs relations», peut-on aussi lire dans cet accord.

Paradoxes

Paradoxalement, le sous-ministre de la Défense, Richard Fadden, a été témoin de la signature de cet accord même s'il avait soutenu, en juin 2010, alors qu'il était à la tête du Service canadien de renseignement et sécurité, que des politiciens de la Colombie-Britannique et de l'Alberta étaient tombés sous l'influence de la Chine. Les propos de M. Fadden avaient soulevé une vive controverse au pays, d'autant plus qu'il avait refusé de nommer les politiciens devenus « des agents de gouvernements étrangers».

Le ministre de la Justice, Peter MacKay, a déjà soutenu que le Canada perdait «des milliards de dollars à cause de l'espionnage industriel effectué par la Chine», alors qu'il occupait les fonctions de ministre des Affaires étrangères, en 2006.

Au ministère de la Défense, la sous-ministre adjointe aux affaires publiques, Lisa Williams, a rejeté l'idée qu'Ottawa ait manqué de transparence dans ce dossier. «Les visites ne sont pas toutes diffusées. Cette visite constitue une activité de bonne volonté et d'établissement de relations, tout comme le sont de nombreuses visites au Canada par des dignitaires du gouvernement et militaires internationaux. Un grand nombre de visites de ce genre a lieu au cours de l'année», a-t-elle affirmé dans un courriel envoyé à La Presse.

Elle a ajouté que l'accord «guidera les activités communes entre le ministère de la Défense nationale, les Forces armées canadiennes ainsi que l'Armée de libération populaire chinoise afin d'assurer que les activités reliées à la défense, entre le Canada et la Chine, soient réciproques, modestes, et valables à long terme», a-t-elle dit.

Réactions du NPD

Le critique du NPD en matière de Défense, Jack Harris, estime que l'accord ne pose pas un problème puisque l'une des deux parties peut y mettre fin après un avis de 30 jours. « C'est un accord modeste. Cela permet de construire une relation qui n'est pas ancrée dans l'hostilité », a-t-il dit.

- Avec William Leclerc 




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer