Oléoduc Keystone: Ottawa exige une réponse rapide de Washington

Comme l'oléoduc doit traverser la frontière entre les... (Photo Daniel Acker, Archives Bloomberg)

Agrandir

Comme l'oléoduc doit traverser la frontière entre les deux pays, le département d'État est chargé du dossier et étudie les conséquences environnementales de ce projet du côté américain.

Photo Daniel Acker, Archives Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, a demandé jeudi une réponse rapide des États-Unis sur la construction de l'oléoduc  qui acheminerait du pétrole de l'Ouest canadien vers les raffineries américaines du golfe du Mexique.Keystone XL

Le Canada attend la décision américaine même si celle-ci devait être défavorable à ce projet controversé, a souligné M. Baird.

Le projet, qui attend l'approbation du gouvernement américain depuis cinq ans, créerait «des milliers d'emplois» et entraînerait «une croissance économique importante des deux côtés de la frontière» canado-américaine, a dit M. Baird dans un discours devant un parterre d'hommes d'affaires à Washington.

«Donc, s'il y a un message que je vais promouvoir durant ce voyage, c'est le (...) suivant: il est temps d'aller de l'avant avec le projet Keystone», a-t-il ajouté. «Et j'ajouterais même, il est maintenant temps de prendre une décision concernant Keystone, même si cette décision n'est pas la bonne. Il faut sortir de cette impasse».

Comme l'oléoduc doit traverser la frontière entre les deux pays, le département d'État est chargé du dossier et étudie les conséquences environnementales de ce projet du côté américain. Au vu du rapport que remettra le département d'État, le président Barack Obama donnera son aval ou non à la construction de cet oléoduc géant. Une réponse finale est attendue d'ici quelques mois.

Réagissant aux propos de M. Baird, Jay Carney, le porte-parole de la Maison-Blanche, a déclaré en substance qu'il serait prématuré pour le président Obama de se prononcer sur le projet, puisque son examen se poursuit au département d'État, et que «quand une décision sera prise, nous l'annoncerons».

M. Baird a énuméré plusieurs raisons pour lesquelles, selon lui, le président Obama devrait donner son feu vert à cet oléoduc entre l'Alberta et le Texas. Il a notamment affirmé que le projet n'aurait «aucune incidence importante sur l'environnement» et qu'il était préférable de transporter l'or noir par oléoduc plutôt que par voie ferroviaire, pour des raisons de sécurité évidentes.

Cependant, M. Baird n'a pas évoqué directement le déraillement d'un train chargé de pétrole qui a explosé cet été à Lac-Mégantic (Québec), faisant 47 morts, ni les nombreux autres accidents semblables qui se sont produits depuis, tant au Canada qu'aux États-Unis, mais qui n'ont heureusement pas fait de victimes.

Les États-Unis hésitent à approuver la construction de Keystone XL pour des raisons environnementales, craignant qu'il n'engendre une hausse des émissions de CO2 qui contribuent au réchauffement climatique.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer