Ottawa songe à céder ses ponts à Québec

Les ponts Jacques-Cartier (sur la photo), Champlain et... (Photo Martin Chamberland, La Presse)

Agrandir

Les ponts Jacques-Cartier (sur la photo), Champlain et Honoré-Mercier sont les seuls ponts de gestion fédérale qui ne relient pas deux provinces ensemble ou qui ne servent pas de passage routier entre le Canada et les États-Unis.

Photo Martin Chamberland, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(OTTAWA) Bien qu'il tienne à rester maître d'oeuvre du remplacement du pont Champlain, le gouvernement Harper se montre ouvert à l'idée de céder les trois ponts fédéraux qui se trouvent à Montréal au gouvernement provincial. Un scénario qu'Ottawa envisage depuis au moins deux ans, et qui est accueilli froidement à Québec.

La première ministre a affirmé mardi avoir demandé à Stephen Harper de lui transférer la responsabilité de construire le nouveau pont Champlain. Elle y voit un moyen de terminer le gigantesque projet plus rapidement, donc avant 2021.

Au bureau du lieutenant du premier ministre au Québec, Denis Lebel, on a rappelé hier que le pont Champlain appartient au gouvernement fédéral. C'est donc lui qui a la responsabilité de le remplacer.

« Le processus pour le remplacement du nouveau pont est bien enclenché, a fait valoir, dans une déclaration écrite, la porte-parole du ministre, Marie-Josée Paquette. Tel que nous l'avons annoncé le 2 octobre dernier, nous travaillons pour réduire l'échéancier le plus possible. »

Mais à cette réponse négative s'ajoute une proposition. Une fois le chantier achevé, Ottawa pourrait céder à la province la responsabilité des trois ponts fédéraux de la métropole.

« Nous sommes aussi ouverts à écouter les propositions de Québec concernant le transfert de l'ensemble des ponts fédéraux dans la grande région de Montréal une fois que le nouveau pont sera construit », a indiqué Mme Paquette.

Cela inclut les ponts Champlain et Jacques-Cartier, ainsi qu'une portion du pont Mercier.

Selon des informations obtenues par La Presse, le gouvernement Harper réfléchit depuis au moins deux ans à cette idée de transfert. Il céderait ces infrastructures pour la somme symbolique de 1$.

Dans les officines du pouvoir à Ottawa, on juge inconcevable que le gouvernement fédéral soit propriétaire de ponts dans une province. Tous les autres ponts fédéraux relient des provinces ou sont situés à la frontière américaine.

En se débarrassant de ses trois ponts à Montréal, Ottawa éviterait le carcan que représente le fait d'entreprendre des négociations avec les gouvernements de niveau provincial et municipal chaque fois qu'il entame un chantier. Et surtout, il n'aurait plus à payer pour l'entretien.

D'abord, le nouveau pont Champlain

Au bureau du ministre québécois des Transports, Sylvain Gaudreault, l'idée d'hériter des ponts fédéraux ne soulève guère d'enthousiasme.

« Nous ne sommes pas du tout dans ce scénario-là », a résumé le porte-parole du ministre, Yann Langlais-Plante.

À Ottawa, le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, a tourné en dérision la proposition du gouvernement conservateur.

« Clairement, le ministre Lebel ne comprend pas les craintes et les frustrations des Québécois, causées par l'inaction des conservateurs », a-t-il indiqué par l'entremise d'un porte-parole.

Plus tôt dans la journée, il a dit comprendre que le gouvernement Marois cherche à prendre le contrôle du chantier de remplacement du pont Champlain. 

Même son de cloche du côté de la Chambre de commerce et d'industrie de la Rive-Sud, un organisme qui fait pression depuis des mois sur le gouvernement Harper pour qu'il accélère le chantier. La directrice générale de l'organisme, Hélène Bergeron, estime que Québec serait en mesure de mener le projet à terme plus vite qu'Ottawa car, à ses yeux, le gouvernement péquiste a fait preuve d'une plus grande volonté politique dans ce dossier.

« Quand j'entends la volonté d'une première ministre de construire un nouveau pont Champlain, a dit Mme Bergeron, je me dis que ça irait peut-être plus vite. »

Les trois ponts fédéraux montréalais

HONORÉ-MERCIER

> Inauguration : 1934

> Circulation quotidienne : 82 000 véhicules

> Ce pont est de responsabilité partagée; le gouvernement fédéral est propriétaire des pylônes, des poutres et de l'armature située dans la portion qui enjambe la Voie maritime.

CHAMPLAIN

> Inauguration : 1962

> Circulation quotidienne : 162 000 véhicules

> Le pont le plus achalandé du Canada est la propriété du gouvernement fédéral depuis son inauguration. Ottawa est aussi propriétaire du pont de L'Île-des-Soeurs, qui doit être démoli.

JACQUES-CARTIER

> Inauguration : 1930

> Circulation quotidienne : 98 000 véhicules

> Le gouvernement fédéral a investi des sommes importantes depuis 20 ans pour maintenir le pont en état. Le remplacement du tablier, un chantier qui a eu lieu au début des années 2000, a coûté 125 millions.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Un nouveau pont Champlain en 2018

    Montréal

    Un nouveau pont Champlain en 2018

    Le nouveau pont Champlain sera prêt en 2018, soit trois ans plus tôt que prévu, et ne fera pas l'objet d'un concours d'architecture, a annoncé... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer