Affaire Duffy: la version de Harper contredite par des documents de la Cour

Questionné à répétition sur cette affaire ce printemps,... (PHOTO ADRIAN WYLD, PC)

Agrandir

Questionné à répétition sur cette affaire ce printemps, M. Harper a insisté sur le fait que son chef de cabinet à l'époque, Nigel Wright, a agi de son propre chef en fournissant à M. Duffy la somme de 90 000 $ pour rembourser le Sénat pour ses réclamations de dépenses injustifiées.

PHOTO ADRIAN WYLD, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Rennie, Joan Bryden
La Presse Canadienne
OTTAWA

Stephen Harper a été accusé d'avoir induit les Canadiens en erreur à propos du scandale des dépenses du sénateur Mike Duffy, après qu'un document judiciaire eut contredit la version des événements donnée par le premier ministre.

Questionné à répétition sur cette affaire ce printemps, M. Harper a insisté sur le fait que son chef de cabinet à l'époque, Nigel Wright, a agi de son propre chef en fournissant à M. Duffy la somme de 90 000 $ pour rembourser le Sénat pour ses réclamations de dépenses injustifiées.

«Il s'agissait de ses décisions. Elles n'ont été communiquées ni à moi ni à des membres de mon cabinet», avait soutenu M. Harper à la Chambre des communes, le 5 juin.

Mais la Gendarmerie royale du Canada (GRC), qui a démarré une enquête criminelle sur cette affaire, rapporte dans un document judiciaire que M. Wright se souvient d'avoir parlé de la transaction à trois hauts responsables du Bureau du premier ministre.

M. Wright n'avait pas été interviewé par la GRC au moment où le document a été déposé à la cour par le caporal Greg Horton, l'enquêteur en chef, le 24 juin. Toutefois, le document fait référence à une rencontre avec les avocats de M. Wright, Patrick McCann et Peter Mantas, le 19 juin.

Les avocats ont dit à la GRC que leur client se souvenait d'avoir informé David van Hemmen, son assistant, Benjamin Perrin, le conseiller légal de M. Harper, et Chris Woodcock, le directeur de la gestion des dossiers au Bureau du premier ministre, de son intention de donner personnellement à Mike Duffy l'argent pour qu'il rembourse le Sénat.

M. Perrin, qui a depuis quitté le Bureau du premier ministre, a nié avoir été consulté dans quelque arrangement que ce soit entre MM. Wright et Duffy ou d'y avoir participé.

M. Wright a démissionné de son poste en mai, cinq jours après que la nouvelle de son «cadeau» eut été publiée.

Charlie Angus, porte-parole du Nouveau Parti démocratique (NPD) en matière d'éthique, a affirmé que le document judiciaire démontre que Stephen Harper a trompé la confiance du Parlement.

«Ce qui est très clair, c'est que le premier ministre de ce pays et ses ministres-clés ont trompé le Parlement et les Canadiens à propos d'un paiement potentiellement illégal qui a été réglé à l'extérieur de son cabinet» a-t-il déclaré vendredi, en entrevue.

Le chef libéral Justin Trudeau, s'exprimant depuis Regina, a soutenu que le premier ministre avait «perdu toute crédibilité» avec cette histoire.

«Depuis le tout début, il n'a rien fait d'autre qu'éviter les questions, que de donner des réponses partielles et erronées et il n'a pas démontré le genre de transparence et d'ouverture que les Canadiens méritent.»

M. Harper a insisté sur le fait qu'il ne savait rien de la transaction jusqu'à ce que celle-ci soit rapportée pour la première fois par les médias, et les avocats de Nigel Wright soutiennent aussi cette thèse dans le document judiciaire.

Néanmoins, M. Angus croit que Stephen Harper a eu pleinement l'opportunité, après la sortie de la nouvelle, de se renseigner sur l'implication de son cabinet et de rectifier les faits au Parlement.

«Un plan a été mûri avec d'importants conseillers et d'importants sénateurs pour dissimuler un problème politique», soutient le député Angus.

Le porte-parole de M. Harper, Andrew MacDougall, a refusé d'élaborer sur les documents de la cour autrement que par un commentaire dans un courriel.

«Ce dossier était mené par Nigel Wright et il en a pris l'entière responsabilité. L'affidavit de la cour dit clairement que le premier ministre n'était pas au courant du paiement.»

Quant à Nigel Wright, il n'a fait qu'un bref commentaire par le biais de son avocat.

«J'ai offert de collaborer à l'enquête et je l'ai fait. J'ai l'intention de continuer. Je n'ai pas d'autre commentaire pour le moment.»

Charlie Angus estime que le document soulève aussi des doutes dérangeants sur la propension des conservateurs à faire fi de la loi.

Selon le caporal Horton, Nigel Wright a aussi parlé au sénateur Irving Gerstein, qui contrôle les dépenses du parti, de son intention de financer Mike Duffy. En effet, ses avocats ont dit à la GRC que le Parti conservateur était prêt initialement à rembourser les dépenses de M. Duffy, jusqu'à ce qu'il découvre que le montant était trois fois plus élevé que ce qu'il croyait.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer