Ottawa s'opposera à un nouveau statut pour la Palestine à l'ONU

Des Palestiniens ont manifesté contre la décision de... (Photo: Reuters)

Agrandir

Des Palestiniens ont manifesté contre la décision de Stephen Harper mercredi à Gaza.

Photo: Reuters

Partager

Mike Blanchfield
La Presse Canadienne
Ottawa

Stephen Harper a annoncé mardi que son gouvernement voterait contre un statut d'État observateur pour la Palestine aux Nations unies, une décision sans surprise pour ce fidèle allié de l'État hébreu.

Le Canada a réitéré mercredi qu'il maintenait sa position de voter contre un statut d'État observateur pour la Palestine aux Nations unies (ONU), en alléguant que ce geste n'accélérerait pas le processus de paix avec Israël.

Le premier ministre Stephen Harper a confirmé la décision du gouvernement avec son ministre des Affaires étrangères John Baird avant son départ pour New York où il doit participer au vote et faire connaître la déception du Canada face au choix de l'ONU d'accorder à la Palestine un statut d'État observateur.

Le soutien absolu du gouvernement Harper à Israël n'a pas été affecté par la position de la Grande-Bretagne, pourtant une alliée internationale du Canada, qui a offert de s'abstenir de voter, demandant en retour à l'Autorité palestinienne de reprendre les pourparlers avec les Israéliens.

Lors d'une rare conférence de presse tenue aux côtés du futur président mexicain Enrique PeIna Nieto qui doit être investi samedi, le premier ministre Harper a ignoré l'attitude des Britanniques en insistant sur son appui à la politique de l'État hébreu et en favorisant une reprise des pourparlers de paix sans condition sine qua non.

Tout en précisant qu'il n'avait pas à expliquer la position de la Grande-Bretagne, le premier ministre Harper a insisté sur le fait que la paix au Moyen-Orient ne pouvait résulter que de négociations directes entre Palestiniens et Israéliens.

Et rien ne sera accompli, selon lui, tant que l'Autorité palestinienne ne retournera pas à la table des négociations en vue d'obtenir un traité de paix avec Israël.

«Nous n'accepterons aucune autre méthode en vue d'en arriver à une solution sans ce traité de paix.»

Le porte-parole du NPD en matière d'Affaires étrangères, Paul Dewar, a accusé le gouvernement d'adopter une approche subjective, insultante pour les Palestiniens modérés.

Citant en exemple la Grande-Bretagne, la France et les États-Unis pour leur effort diplomatique en vue d'une reprise des négociations, Paul Dewar a profité de la période de questions pour demander au gouvernement comment son intransigeance encouragera les États modérés qui favorisent la voie politique plutôt que la violence.

Le ministre Baird a répliqué que le Canada était terriblement déçu des autorités palestiniennes pour leur tentative de se propulser au titre de nation.

«Il est évident que cela affectera notre relation. Et notre gouvernement n'a pas à s'excuser de soutenir l'État d'Israël.»

Tout en concédant que la motion en faveur de la Palestine sera adoptée sans problème, John Baird votera contre, au nom du Canada et de ce qu'il croit être juste.

Les États-Unis et Israël sont grandement opposés à la proposition des Nations unies.

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer