Conseil de la fédération: Marois reçoit des félicitations

Le gouverneur de la Banque du Canada, Mark... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

Le gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney, et la première ministre du Québec, Pauline Marois.

Photo La Presse Canadienne

Partager

(HALIFAX, Nouvelle-Écosse) C'était presque le monde à l'envers, ce matin, au Conseil de la fédération. Pauline Marois, qui a déjà réclamé l'abolition de cette instance, a été félicitée par ses collègues pour avoir conclu un accord avec l'Alberta.

Quant à la Saskatchewan, son premier ministre, Brad Wall, participe à cette rencontre des premiers ministres par vidéoconférence. Il a expliqué au Globe and Mail que se déplacer avec son entourage politique et son service de sécurité coûte trop cher. «Il demeure un membre actif de la fédération», a nuancé ce matin Darrell Dexter, premier ministre de la Nouvelle-Écosse, où se tient la réunion. Comme ses collègues, il a minimisé cette absence.

Une autre absence est moins bien reçue: celle du premier ministre du Canada, Stephen Harper, a refusé l'invitation du Conseil. Il n'y a pas assisté depuis 2009. M. Wall a déjà affirmé être d'accord avec l'approche du gouvernement conservateur, qui préfère discuter directement avec une province quand un dossier le nécessite.

Mme Marois a déjà soutenu que Conseil de la fédération, fondé en 2003 par Jean Charest, affaiblit le Québec parce qu'il n'y bénéficie d'aucun statut particulier. Mais ses collègues ont salué avec diplomatie, ce matin, l'arrivée de la première souverainiste au Conseil. «Je connais Mme Marois depuis qu'elle a été ministre des Finances. Elle a démontré plusieurs fois son leadership. On est très content de travailler ensemble», a dit le premier ministre néo-démocrate du Manitoba, Greg Selinger. «Mme Marois est très prête à travailler avec tout le monde. Elle a sa position sur les grandes questions, mais elle est aussi une personne avec laquelle tout le monde peut travailler sur des choses en commun», a-t-il ajouté en français.

Plus de pouvoirs en matière d'immigration

Québec fait des jaloux en matière d'immigration. Le Manitoba et la Colombie-Britannique aimeraient aussi pouvoir sélectionner leurs immigrants «économiques» - ce qui exclut notamment les réfugiés. C'est important pour répondre aux besoins particuliers des PME du Manitoba, a soutenu M. Selinger. Christy Clark, première ministre de la Colombie-Britannique, espère une résolution en ce sens au terme de la rencontre. «L'immigration est un levier majeur pour nos économies», a-t-elle affirmé. «Les provinces sont la force motrice principale de notre économie, ce n'est pas le fédéral.»

L'ouverture de Québec au pétrole

Hier, dans un point de presse avec Mme Marois, la première ministre de l'Alberta, Alison Redford, a demandé la permission de s'adresser aux journalistes en anglais. Québec venait d'ouvrir la porte au projet d'oléoduc Enbridge, qui transportera du pétrole des sables bitumineux jusqu'aux raffineries de Montréal-Est et de Lévis.

Les deux provinces ont lancé un groupe de travail pour échanger des informations sur les volets environnemental, économique et technique du projet. Mme Marois espère créer des emplois dans l'industrie pétrochimique québécoise, aux raffineries de Suncor et d'Ultramar. L'Alberta mise sur le Québec pour trouver de nouveaux marchés pour son pétrole. Le gouvernement Marois a déjà annoncé qu'il mènerait ses propres évaluations environnementales, mais Ottawa ne serait pas obligé d'en tenir compte.

Ce matin, MM. Dexter et Selinger ont salué cette entente. «Elles démontrent du leadership», s'est réjoui M. Selinger.

Il n'est pas prévu que l'oléoduc se rende jusqu'à la Nouvelle-Écosse, a indiqué M. Dexter. «Je n'ai vu aucune proposition à ce sujet. Ce sera une décision du secteur privé. S'il y en a une, je serai heureux de l'examiner.» Selon sa compréhension, l'oléoduc transportera bel et bien du pétrole lourd. Cela inquiète les environnementalistes, qui soulignent que les tuyaux ne sont pas conçus pour ce produit plus abrasif.

Alors que l'Alberta chemine avec le Québec, ses relations restent tendues avec la Colombie-Britannique. Les audiences s'y poursuivent sur le projet Northern Gateway. Deux oléoducs achemineraient le pétrole albertain vers les ports de la côte ouest, d'où il serait exporté vers le lucratif marché asiatique. Le coût total du projet dépasse 5 milliards de dollars. Mais la première ministre Clark a posé cinq conditions fermes pour accepter le projet. «Elles n'ont pas changé», a-t-elle tenu à rappeler ce matin.  Les groupes environnementalistes et les Premières Nations dénoncent aussi le projet.

Le groupe de travail Québec-Alberta n'équivaut pas à une stratégie nationale de l'énergie, a insisté Mme Clark. «Je ne vois pas en quoi ça pourrait en être une puisque l'Ouest n'y participe pas.»

L'année dernière, lors d'une rencontre fédérale-provinciale des ministres de l'Énergie et des Mines, le gouvernement Charest avait ouvert la porte à une stratégie nationale de l'énergie. Sa ministre Nathalie Normandeau s'était montrée favorable à l'adoption d'un cadre énergétique canadien. L'Ontario n'avait pas signé cette déclaration. Des environnementalistes avaient dénoncé Mme Normandeau. Parmi eux, le militant Daniel Breton, aujourd'hui ministre de l'Environnement.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer