«Tout est possible», croit Stephen Woodworth

Stephen Woodworth... (Photo PC)

Agrandir

Stephen Woodworth

Photo PC

Partager

(Ottawa, Ontario) À quelques heures du vote, le député conservateur Stephen Woodworth semblait mardi plus optimiste que la semaine dernière quant aux chances que sa motion controversée sur les droits du foetus soit adoptée à la Chambre des communes.

Les députés voteront en fin de journée sur la motion M-312, qui propose de créer un comité pour déterminer si l'exclusion du foetus de la définition d'être humain dans le Code criminel du Canada devrait être maintenue.

Selon M. Woodworth, cette définition est une forme de discrimination cruelle et archaïque. Aux yeux de ses adversaires, sa motion est plutôt une manière détournée de la droite chrétienne de tenter de rouvrir le débat sur la légalité de l'avortement au pays.

Il y a 10 jours, le député ontarien avait déclaré: «À ce stade-ci, je ne crois pas que j'arriverai proche de l'exigence de 50% pour faire adopter cette motion.» Mais hier, dans les couloirs du parlement, il était moins catégorique. «Tout est possible», a-t-il dit, ajoutant qu'il préférait continuer à tenter de convaincre ses collègues plutôt que de spéculer.

M. Woodworth a précisé que l'appui du ministre de l'Immigration, Jason Kenney, était susceptible de l'aider: «Le ministre Kenney est très respecté des deux côtés de la Chambre. Je suis certain que son point de vue aura du poids auprès d'un bon nombre de personnes.»

Le premier ministre Stephen Harper a indiqué très tôt qu'il respecterait sa promesse électorale de ne pas rouvrir le débat et qu'il voterait contre la motion. Au moins deux des quatre ministres québécois, Maxime Bernier et Denis Lebel, feront de même.

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, estime pour sa part que, en permettant à un ministre influent de déroger au principe de la solidarité ministérielle, M. Harper joue quand même un jeu politique avec cette question délicate. «C'est un signal que M. Harper aime bien envoyer à sa base réformiste», a-t-il lancé.

La semaine dernière, une source conservatrice a confié à La Presse qu'une trentaine de députés, tout au plus, voteraient pour la motion. Une poignée de libéraux devraient eux aussi l'appuyer. Tous les bloquistes et les néo-démocrates, en revanche, voteront contre.

Si ces prévisions s'avèrent, la motion M-312 sera donc défaite aujourd'hui. Si elle était adoptée, cependant, M. Woodworth a déclaré hier qu'il s'attendait à ce que ses collègues de la Chambre des communes la respectent et créent le comité.

Qu'adviendrait-il alors de ce comité, auquel les députés conservateurs siégeraient en majorité? «C'est une question purement hypothétique», s'est borné à dire l'attaché de presse du premier ministre, Carl Vallée, qui a rappelé que M. Harper s'était engagé à ne pas rouvrir le débat sur l'avortement.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer