Des vidéos haineuses embarrassent le Bloc

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maria Mourani.... (Photo: André Pichette, Archives La Presse)

Agrandir

Maria Mourani.

Photo: André Pichette, Archives La Presse

Malorie Beauchemin
La Presse

(Ottawa) La députée bloquiste d'Ahuntsic, Maria Mourani, a été contrainte de justifier à ses collègues parlementaires l'envoi d'un courriel qui contenait des vidéos louangeant l'action de groupes terroristes.

Lundi, la bloquiste d'origine libanaise avait transféré à l'ensemble des 308 députés à Ottawa un bulletin d'information sur la situation à Gaza qui contenait plusieurs photos de victimes innocentes, mais aussi des éléments de propagande anti-israélienne faisant la promotion de plusieurs groupes armés considérés comme terroristes par le Canada.

Le courriel, obtenu par La Presse, contient plusieurs liens, dont un vers une vidéo où se succèdent des images de drapeaux, de militants armés, de kamikazes, ainsi que de dirigeants de groupes tels que le Hamas, le Jihad islamique palestinien et la Brigade des martyrs d'Al-Aqsa, toutes des entités inscrites sur la liste des organisations terroristes du ministère canadien de la Sécurité publique. Entre autres, le visage de Khaled Mashal, leader du Hamas, est entouré d'un coeur et une chanson, en arabe, glorifie l'action des groupes armés et la résistance palestinienne.

Sur une autre vidéo, les politiciens du Fatah (le parti fondé par Yasser Arafat) sont qualifiés de traîtres et de faibles, en référence à la Conférence d'Annapolis, en 2007, qui visait à trouver une solution au conflit israélo-palestinien. Mahmoud Abbas, actuel président de l'Autorité palestinienne, est notamment montré en compagnie de dirigeants américains et israéliens.

Au Bloc québécois, on a rapidement voulu se dissocier de l'envoi, plaidant que Mme Mourani avait envoyé le courriel à titre personnel.

«On reçoit de l'information de tous côtés, par des députés, par d'autres sources d'information et c'est notre responsabilité de les analyser et de prendre position. Dans le cas présent, je pense que les photos sont le plus beau témoignage que c'est la population civile qui a été victime de ce conflit-là, qui aurait pu possiblement être évité et qui ne doit surtout pas se reproduire», a souligné le porte-parole du Bloc québécois en matière d'affaires étrangères, Paul Crête, rappelant la position de son parti en faveur d'un cessez-le-feu et d'une solution paisible.

Jointe par La Presse, la députée bloquiste à l'origine du courriel a admis ne pas avoir visionné l'ensemble des vidéos contenues dans le message qu'elle a retransmis aux parlementaires.

«J'ai vu les photos. Moi, mon objectif est vraiment de montrer les horreurs de la guerre, comment on pouvait faire des victimes innocentes et les destructions», a dit Maria Mourani.

«Le but n'est pas de faire la promotion de quoi que ce soit, mais d'informer. C'est important de savoir qu'il y a des groupes comme ça qui font la promotion de la haine, a-t-elle justifié à propos des vidéos. Quand vous entendez ces absurdités, vous comprenez que c'est de la propagande haineuse. C'est sûr que je ne cautionne pas ce genre de choses.»

La députée corrige son tir

En soirée, Mme Mourani a toutefois voulu corriger le tir, en envoyant une note explicative à tous les parlementaires pour «ne pas qu'il y ait d'ambiguïté».

«Sans commentaires, je vous ai transmis hier un courriel avec des photos et différents liens relatifs aux dernières opérations militaires à Gaza, a écrit Mme Mourani. Le but de l'exercice était de montrer l'impact sur les personnes mais aussi sur l'imaginaire d'une partie importante de la population. En fait, cette violence nourrit la tension et l'extrémisme et ne peut être la voie d'une solution durable. Comme certaines personnes ont pu le constater, au-delà des photos d'une réalité horrible, il y a l'émergence d'une propagande haineuse et violente qui fait malheureusement son chemin au Moyen-Orient et partout dans le monde.»

À l'été 2006, Mme Mourani avait plongé son parti dans l'embarras en déclarant qu'Israël avait commis des crimes de guerre au Liban. Elle avait dû se rétracter.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer