Neutralité religieuse: critiquée par Trudeau, Vallée défend sa loi

Justin Trudeau... (Photo Chris Young, archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Justin Trudeau

Photo Chris Young, archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, se dit «tout à fait confiante [de] la constitutionnalité du projet de loi 62», malgré ce qu'en pense Justin Trudeau, qui semble plus déterminé que jamais à la contester devant les tribunaux.

Le premier ministre canadien a commenté mercredi matin la sortie de Mme Vallée, qui a expliqué mardi les détails d'application de sa loi. 

«Vous appelez ça des clarifications ?», a dit M. Trudeau avant d'enchaîner qu'il fallait trouver des moyens pour protéger les minorités, protéger les femmes musulmanes contre le harcèlement dans les rues. Il a aussi laissé entendre que ce harcèlement serait encouragé par la loi 62 du gouvernement du Québec. 

Surprise de ces propos, Stéphanie Vallée a réitéré à la sortie de la période des questions, à l'Assemblée nationale, que «le Québec a le droit de légiférer sur des enjeux qui lui sont propres (...) et qui touchent le vivre ensemble».

«Que M. Trudeau ne partage pas notre opinion, c'est son droit. (...) Je suis persuadé que [la loi 62] passera le test des tribunaux», a-t-elle indiqué, refusant de dire clairement si elle excluait ou non le recours à la clause dérogatoire advenant que la loi soit contestée en cour. 

À Ottawa, le premier ministre Trudeau n'a dit à aucun moment que le gouvernement fédéral devait respecter le droit de Québec de faire ses propres lois. Il a conclu qu'il examinerait avec attention les outils dont il dispose dans cette situation. 

- Avec La Presse canadienne




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer