Jean-Luc Mélenchon, candidat à la présidence française, de passage à Montréal

Jean-Luc Mélenchon, candidat à l'élection présidentielle française de 2017, a... (Photo AFP)

Agrandir

Photo AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
MONTRÉAL

Jean-Luc Mélenchon, candidat à l'élection présidentielle française de 2017, a déclaré samedi à Montréal que l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada n'était «pas acceptable» et qu'il allait le «combattre».

L'Accord économique et commercial global (AECG), qui devrait être soumis à la signature définitive au tout début 2017, «est mauvais pour la France et je vais le combattre car ce type d'accord n'améliore pas la situation des pays», a dit M. Mélenchon en marge d'une conférence sur la mondialisation et les inégalités.

«Le libre-échange rase, il finit par donner la prime à celui qui a un avantage comparatif, et cet avantage est toujours un avantage d'externalisation des coûts», avec ses répercussions inévitables sur les salaires, la protection sociale et l'environnement, a estimé le cofondateur du Parti de gauche.

«Je ne crois pas au libre-échange et j'y suis hostile, je suis pour la coopération car le libre-échange c'est la prime au plus fort», a poursuivi M. Mélenchon. Il a dénoncé particulièrement le volet de l'accord sur le règlement privé des litiges liés aux investissements, permettant aux entreprises de se protéger de l'intervention des gouvernements.

L'AECG --ou CETA dans son acronyme anglais pour le Canada-- prévoit la création d'un tribunal de règlement des différends qui pourra être saisi des plaintes des investisseurs.

Pour M. Mélenchon, «les tribunaux d'arbitrage sont inacceptables car c'est véritablement l'aliénation de la souveraineté et donner un pouvoir inouï aux investisseurs» et aux grandes entreprises par rapport aux États et à leur gouvernants.

«Si les investisseurs veulent ester en justice, ils le font devant les tribunaux du pays concerné», a déclaré M. Mélenchon, qui a rencontré lors de son déplacement au Canada des syndicalistes et des représentants du parti de gauche Québec solidaire, tous opposés à l'accord.

Mais, a-t-il nuancé, «à ma surprise, j'ai aussi rencontré des gens d'accord» avec l'AECG, comme Jean-Francois Lisée ou Carole Poirier, députés du Parti québécois, parti souverainiste et dans l'opposition au gouvernement libéral québécois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer