Manitoba: un candidat défait attribue la débâcle du NPD à Greg Selinger

Greg Selinger et sa femme Claudette.... (PHOTO MIKE SUDOMA, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Greg Selinger et sa femme Claudette.

PHOTO MIKE SUDOMA, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Lambert
La Presse Canadienne
Winnipeg

Un candidat néo-démocrate défait lors des élections de mardi au Manitoba affirme que le parti aurait pu être réélu avec un autre chef. Au lieu de cela, les progressistes-conservateurs ont pris le pouvoir et coloré de bleu la carte électorale de la province.

Dave Gaudreau, qui a perdu son siège de Saint-Norbert qu'il détenait depuis quatre ans, affirme que le premier ministre sortant Greg Selinger aurait dû démissionner en 2014 lorsqu'une révolte a éclaté au sein du caucus.

M. Gaudreau dit que la campagne du Nouveau Parti démocratique (NPD) était mal avisée parce qu'elle mettait en vedette M. Selinger dans ses publicités, même si sa popularité était faible.

D'autres candidats défaits, incluant Deanne Crothers et Melanie Wight, n'ont pas blâmé M. Selinger et ont plutôt déclaré que la déroute était la conséquence d'un désir de changement après 16 années de règne du NPD dans la province.

M. Selinger a annoncé qu'il démissionnait de son poste de chef du parti et que le NPD allait trouver un chef intérimaire en attendant la tenue d'une course à la direction. Il va toutefois demeurer député de sa circonscription de Saint-Boniface.

Les progressistes-conservateurs ont emporté 40 des 57 sièges de la législature lors des élections provinciales de mardi. Le NPD n'en a obtenu que 14 et les libéraux, trois.

«Je crois que tout cela repose sur les épaules de Greg. Il n'a pas réalisé qu'il était temps pour lui de quitter», a dit M. Gaudreau mercredi alors qu'il faisait ses boîtes.

«Il est simplement dommage que de bons députés doivent quitter parce qu'un homme avait le désir de prouver qu'il avait raison», a-t-il ajouté. Plusieurs ministres néo-démocrates sont aussi tombés au combat.

M. Gaudreau n'a pas pris part à la révolte du caucus en 2014, mais avait soutenu un autre candidat, Steve Ashton, lors du vote au leadership qui avait suivi et qui avait été remporté par M. Selinger.

Le premier ministre élu Brian Pallister a été réélu dans sa circonscription de Fort Whyte. La controverse touchant ses propriétés au Costa Rica n'a pas convaincu les électeurs manitobains de porter leur choix sur un autre parti. Âgé de 61 ans, M. Pallister a été élu par acclamation à la tête de son parti le 30 juillet 2012.

Mardi, malgré une bonne performance, les libéraux ne sont pas parvenus à faire élire leur chef Rana Bokhari, arrivée troisième dans la circonscription de Fort Rouge.

Quant aux verts, ils n'ont pas fait élire de député, même si certains de leurs candidats ont obtenu des résultats surprenants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer