Registre: adoption d'une ultime motion pour faire reculer Harper

Les députés de l'Assemblée nationale ont adopté à l'unanimité une motion,... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne

Les députés de l'Assemblée nationale ont adopté à l'unanimité une motion, lundi, pour demander au premier ministre Stephen Harper de renoncer à détruire les données québécoises du registre des armes à feu.

La proposition a été présentée par le Parti québécois et les élus du Parti libéral, de la Coalition avenir Québec et de Québec solidaire l'ont appuyée.

La semaine dernière, la Cour suprême du Canada a rendu une décision qui autorise le gouvernement fédéral à détruire les données du registre fédéral des armes d'épaule.

Malgré ce revers devant le plus haut tribunal du pays, le gouvernement du Québec, qui souhaitait obtenir les données québécoises, a annoncé vendredi la création d'un registre pour le Québec.

En Chambre, lundi, le chef de l'opposition officielle Stéphane Bédard a invité le premier ministre Philippe Couillard à intervenir auprès de M. Harper.

M. Bédard a estimé à 400 millions $ la part que les Québécois ont payée pour la mise en place du registre, dont le maintien est réclamé depuis des années par tous les partis politiques québécois.

«Je demande au premier ministre une seule chose, a-t-il dit. La Cour suprême lui dit: «c'est sur le terrain politique'. Les juges du Québec n'étaient pas d'accord avec la décision de la Cour suprême, imaginez-vous. Alors, c'est maintenant dans notre cour, et ce que je lui demande, c'est de prendre le téléphone, de parler à Stephen Harper. C'est la seule voie qu'il nous reste.»

M. Couillard a affirmé que le gouvernement québécois avait déjà tenté tous les recours juridiques pour en arriver à la décision ultime rendue par la Cour suprême la semaine dernière.

«Je comprends que le désir de l'opposition officielle, c'est de transformer tout sujet en chicane fédérale-provinciale puis en apologie du séparatisme, a-t-il dit. Nous, on agit dans l'intérêt des citoyens.»

M. Couillard a réitéré l'intention de son gouvernement de mettre en place son propre dispositif d'enregistrement des armes d'épaule au Québec, un projet estimé à 30 millions $.

À la fin de cette séance des questions, convoquée exceptionnellement pour permettre l'adoption des crédits du budget déposés jeudi dernier, le PQ a présenté sa résolution, adoptée à l'unanimité par les 106 députés présents en Chambre.

La motion proclame que «l'Assemblée nationale dénonce l'intention du gouvernement fédéral de détruire les données du registre des armes à feu, et ce, contre la volonté du Québec».

Elle rappelle que ce registre a été «financé partiellement par les taxes et les impôts des Québécois» et demande à M. Harper de «reculer sur sa décision et d'ordonner le transfert immédiat des données au gouvernement du Québec», afin qu'il puisse mettre en place son propre registre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer