Nouveau-Brunswick: ministres et premier ministre réduisent leur salaire

Brian Gallant... (PHOTO ADRIAN WYLD, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Brian Gallant

PHOTO ADRIAN WYLD, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Kevin Bissett
La Presse Canadienne
Fredericton

Les ministres du gouvernement du Nouveau-Brunswick et le premier ministre lui-même vont s'imposer une réduction de salaire à compter du 1er avril, afin de donner l'exemple dans leur combat pour assainir les finances publiques.

Le premier ministre Gallant touche une rémunération supplémentaire de 79 000 $ en plus de son salaire de base de 85 000 $ comme député. Quant aux ministres, ils reçoivent une rémunération de 52 614 $ en plus de leur salaire de base comme député.

Le salaire du premier ministre Brian Gallant sera réduit de 15 %; celui de ses ministres de 10 %, a-t-on fait savoir lundi. M. Gallant gagnera donc un salaire annuel 152 150 $, au lieu de 164 000 $. Les ministres verront leurs revenus passer de 137 614 $ à 132 253 $, dès le 1er avril.

Le premier ministre Gallant a précisé qu'il tenait à donner l'exemple en ces temps budgétaires difficiles pour la province, qui pourraient exiger des concessions de la part des fonctionnaires.

«Il ne fait aucun doute que nous demanderons à tous les Néo-Brunswickois d'accepter des décisions difficiles et cela inclura la fonction publique», a-t-il indiqué lundi.

Mais le président du secteur provincial du Nouveau-Brunswick du Syndicat canadien de la fonction publique, Danny Légère, a affirmé que ses membres n'accepteraient pas un recul salarial.

«Plusieurs de mes membres vivent d'un chèque de paie à l'autre. Ils vont certainement rencontrer la résistance la plus forte possible s'ils tentent de couper dans les salaires du secteur public.»

Le Nouveau-Brunswick affiche un déficit depuis six ans et sa dette accumulée devrait atteindre les 12 milliards de dollars au mois de mars. Le déficit prévu de l'année fiscale 2014-2015 totalise 377,2 millions de dollars.

Le gouvernement Gallant a déjà annoncé qu'il tiendrait des audiences publiques afin d'obtenir des suggestions sur la manière de comprimer de 600 millions de dollars les dépenses de l'État.

Une révision de la rémunération des députés était planifiée plus tard cette année, mais le premier ministre Gallant a déjà prévenu qu'il n'accorderait aucune hausse de salaire, peu importe ce qui sera conclu à la suite de ce processus de révision.

«Au point où en sont les finances, ce n'est pas le moment d'accorder des hausses de salaire aux membres de l'Assemblée législative», a-t-il dit.

Le chef de l'opposition progressiste conservatrice, Bruce Fitch, a affirmé que le gouvernement ne devrait pas interférer avec les résultats de la révision de la rémunération.

«On doit suivre ces directives parce qu'elles sont supposées venir d'un comité indépendant créé sans interférence politique», a fait valoir M. Fitch.

Le premier ministre de l'Alberta, Jim Prentice, a aussi annoncé à la fin janvier que les membres de son cabinet et lui allaient s'imposer une réduction de salaire de 5 %, pour composer avec les difficultés budgétaires entraînées par la chute du prix du pétrole.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer