Couillard dit à Harper vouloir signer la Constitution

Stephen Harper (à gauche) serre la main de Philippe Couillard,... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, PC)

Agrandir

Stephen Harper (à gauche) serre la main de Philippe Couillard, samedi. Les deux premiers ministres étaient réunis à Québec pour souligner le 200e anniversaire de naissance de George-Étienne Cartier, «fils du Québec et père du Canada».

PHOTO JACQUES BOISSINOT, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Pour la première fois, Philippe Couillard a affirmé directement à Stephen Harper qu'il souhaitait voir le Québec intégrer formellement la fédération, ramenant le débat constitutionnel sous les projecteurs.

Dans un discours prononcé samedi au Château Frontenac devant son homologue fédéral, M. Couillard a fait sa profession de foi fédéraliste avant d'exposer ses projets constitutionnels.

«La construction d'un pays n'est jamais terminée», a-t-il dit. «À l'aube du 150e anniversaire du Canada, les Québécois souhaitent que le pacte qui lui a donné naissance soit réaffirmé.»

Dans l'entourage de M. Couillard, on confirme que cette «réaffirmation» fait référence à la signature par le Québec de l'acte constitutionnel de 1982. On indique aussi que c'est la première fois que le M. Couillard exposait cette volonté devant le premier ministre du Canada.

Ce dernier a prononcé son discours avant M. Couillard et n'y a donc pas réagi. Mais l'entourage de M. Harper n'a pas tardé à fermer cette porte.

«Comme nous l'avons dit dans le passé, nous n'avons pas l'intention de rouvrir la constitution, a fait valoir Carl Vallée, attaché de presse de M. Harper. Nous nous concentrerons sur la priorité des Québécois et des Canadiens, l'économie et les emplois.»

M. Vallée a ajouté que le gouvernement fédéral continuerait «à respecter les champs de compétence des provinces».

M. Couillard avait précédemment exposé ses projets constitutionnels en campagne à la chefferie du Parti libéral, puis en campagne électorale. Le débat n'avait toutefois pas refait surface depuis son accession au pouvoir.

«Dans une fédération et pas dans un état unitaire»

Le premier ministre du Québec a aussi brossé un portrait des idées-phares qui pourraient servir de socle à sa position de négociation dans un éventuel débat constitutionnel.

«Nous devons nous inspirer de la vision de George-Étienne Cartier: celle d'un partage unique et envié d'une destinée commune, dont l'identité québécoise forte et affirmée fait partie», a-t-il dit.

«L'essor de la nation québécoise passe par une association respectueuse et mutuellement bénéfique avec toutes les régions qui forment le Canada, a-t-il ajouté. Je crois fermement au progrès du Québec au sein d'un Canada uni, dans une fédération et pas dans un état unitaire.»

Les deux premiers ministres étaient réunis à Québec pour souligner le 200e anniversaire de naissance de George-Étienne Cartier, «fils du Québec et père du Canada». L'homme politique conservateur a participé aux conférences constitutionnelles qui ont donné naissance au pays au milieu du 19e siècle.

L'autonomie provinciale, un principe fondateur

Se revendiquant de l'héritage politique de Cartier, le premier ministre Harper a mis de l'avant - comme Philippe Couillard - le caractère décentralisé du Canada.

«Nous obéissons à l'esprit et à la lettre de la Constitution en respectant les juridictions des provinces parce que l'autonomie des provinces est un principe fondateur du Canada, a-t-il dit. Et parce que c'est aussi un principe conservateur.»

«Durant 147 ans, notre système fédéral a bien fonctionné. Pas parfaitement, sans doute: la confédération est gouvernée par des humains, pas par des anges», a-t-il ajouté.

M. Harper en a profité pour faire l'éloge - presque totalement en français - des racines québécoises du Canada.

«Le Canada est venu au monde en français et notre démocratie parlementaire est venue au monde en français», a-t-il dit, la ville de Québec étant «le berceau de la démocratie canadienne».

Quelques minutes plus tard, Philippe Couillard a remercié Stephen Harper pour sa reconnaissance du fait que le Québec constituait une nation.

Des politiciens réagissent sur Twitter




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer