Richard Labonté (1957-2012): le golfeur gentilhomme

Richard Labonté est devenu professionnel au club de... (Photo : Rémi Lemée, archives La Presse)

Agrandir

Richard Labonté est devenu professionnel au club de golf de Bromont en 1978. Il a été associé au golf jusqu'à sa mort, survenue lundi, le 31 décembre.

Photo : Rémi Lemée, archives La Presse

Partager

Stéphane Champagne, collaboration spéciale
La Presse

Tout le monde s'entendait pour dire qu'il était la «bonté» incarnée. C'est pourquoi l'univers québécois du golf est aujourd'hui en deuil. Le professionnel Richard Labonté s'est éteint lundi à l'hôpital BMP de Cowansville. Il avait 55 ans.

Président de l'Association des golfeurs professionnels (AGP) du Québec, copropriétaire de l'Intergolf à Granby et professionnel en titre au prestigieux golf de Cowansville, M. Labonté était connu partout au Québec.

Il a non seulement enseigné à des centaines de jeunes (notamment à Jean-Philippe Cornellier, meilleur joueur universitaire en 2012), mais il a également aidé des milliers d'adultes à parfaire leur élan et à mieux réussir sur les verts. Il était en nomination pour le titre de professionnel de golf de l'année à la PGA canadienne.

Souffrant d'un cancer des poumons depuis 2011, Richard Labonté semblait aller mieux. Malheureusement, à la mi-décembre, ses médecins lui ont diagnostiqué un cancer des os. Le 27 décembre, terrassé par un AVC, il a été plongé dans un coma dont il ne s'est jamais éveillé.

Rassembleur

Selon Daniel Caza, rédacteur en chef du magazine québécois Golf AGP International et ami de longue date de Richard Labonté, le golf québécois vient de perdre un «rassembleur» et sans doute l'un de ses plus grands ambassadeurs.

«C'était un passionné. Il arrivait au terrain à 5 h du matin et partait à 19 h quand tout le monde était parti», explique M. Caza, qui a eu le privilège de jouer une ronde en compagnie de Richard Labonté, en juin dernier.

Ce n'est pas pour rien que la revue américaine Golf Magazine l'a inclus dans son palmarès des 100 meilleurs enseignants en Amérique du Nord.

Originaire de Bromont, où son père était chef de police, M. Labonté habitait près du club de golf de la municipalité. À 12 ans, il ramassait les balles sur le terrain d'exercice. À 16 ans, il a commencé à enseigner. Après avoir obtenu en 1977 un DEC en loisirs au cégep de Rivière-du-Loup, il est retourné à Bromont, où, dès 1978, il est devenu professionnel.

Par la suite, Richard Labonté a notamment travaillé à titre de professionnel au club de golf Les Cèdres de Granby, au Royal Bromont, au Château Bromont, puis au golf de Cowansville.

Yvan Lécuyer, premier patron de Richard Labonté à la fin des années 70, pleure la disparition d'un «chic type qui a consacré sa vie à aider les autres». «Il ne jouait pas souvent au golf. Son but était que les gens, autant sa famille que les golfeurs, soient heureux. Il ne comptait pas ses heures», dit-il.

Selon France Archambault, conjointe de Richard Labonté depuis 22 ans, le regretté golfeur était tellement généreux de son temps qu'il en perdait... la notion du temps. «Il arrivait toujours en retard à ses rendez-vous parce qu'il était retenu ailleurs», raconte-t-elle, la voix nouée par l'émotion.

Les funérailles de Richard Labonté ont été célébrées samedi à l'église Saint-François-Xavier de Bromont.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer