Les Québécois sont «homonationalistes», selon une doctorante

Selon une doctorante à l'École d'études politiques de... (Photo Sarah Mongeau-Birkett, Archives La Presse)

Agrandir

Selon une doctorante à l'École d'études politiques de l'Université d'Ottawa, la charte des valeurs du Parti québécois a contribué à faire émerger un « homonationalisme » au Québec, notamment par rapport aux musulmans.

Photo Sarah Mongeau-Birkett, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Québécois sont ouverts envers les gais, lesbiennes et autres minorités sexuelles. Et ils aiment bien se le dire dans les journaux... en se comparant à ceux qui, selon eux, ne le sont pas. En clair, ils sont ce qu'on appelle des « homonationalistes ».

C'est ce qu'affirme Valérie Lapointe, doctorante à l'École d'études politiques de l'Université d'Ottawa, qui travaille sous la supervision du professeur Luc Turgeon.

« Je voulais répondre à la question suivante : si on se définit comme étant inclusifs et progressistes par rapport aux enjeux des minorités sexuelles, on le fait par rapport à qui ? », précise Mme Lapointe.

Pour le savoir, l'étudiante a analysé 99 articles de nouvelles, chroniques et lettres d'opinion publiés dans Le Devoir, La Presse et Le Journal de Montréal entre 1990 et 2017 et traitant des minorités sexuelles. Elle a eu une surprise.

« C'est étonnant et super intéressant, commente-t-elle. Les études menées aux États-Unis montrent que le point de comparaison, c'est les musulmans. Au Québec, ce n'est pas aussi clair. On se compare surtout au reste du Canada - et le reste du Canada, dans ce cas, c'est l'Alberta. C'est fascinant de voir comment l'Alberta est dépeinte comme conservatrice. »

Les musulmans ne sont toutefois pas en reste et sont, comme l'affirme Mme Lapointe, « instrumentalisés » dans ce processus.

« Qu'est-ce que ça donne, à certains chroniqueurs, de dire que le Québec est progressiste par rapport aux gais et lesbiennes ? Ça sert à dire que les musulmans sont archaïques et qu'ils maltraitent leurs femmes et leurs gais. On fait un clivage entre un "nous" inclusif et un "eux" archaïque et conservateur. » - Valérie Lapointe, doctorante à l'École d'études politiques de l'Université d'Ottawa

La fameuse charte des valeurs du Parti québécois, selon Valérie Lapointe, a contribué à faire émerger cet « homonationalisme ». Dans ce cas, cela aurait servi à tracer des frontières entre l'attitude prétendument ouverte des Québécois de souche et celle, considérée comme fermée, des immigrants à l'intérieur même de la province.

Mme Lapointe relève une minorité d'articles - elle cite notamment des chroniques de Josée Legault, au Journal de Montréal, et de Rima Elkouri, à La Presse - qui ne tracent pas ces frontières imaginaires. « Dans ces cas, on dit plutôt : attendons avant de nous flatter la bedaine avec votre ouverture envers les minorités sexuelles. Nous ne sommes peut-être pas les plus progressistes de la planète », commente-t-elle.

Mme Lapointe estime également que l'homonationalisme fait maintenant partie du « processus de construction nationale » au Québec.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer