Glissements de terrain: la pointe de l'iceberg

Saint-Roch-de-Richelieu, 2017... (Photo Patrick Sanfaçon, archives La Presse)

Agrandir

Saint-Roch-de-Richelieu, 2017

Photo Patrick Sanfaçon, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le glissement de terrain spectaculaire de Saint-Roch-de-Richelieu, il y a deux semaines, n'est que la pointe de l'iceberg. Les événements semblables sont presque trois fois plus nombreux qu'à l'habitude au Québec cette année. L'activité humaine est en cause et les changements climatiques risquent d'amplifier le phénomène.

En date de vendredi dernier, le gouvernement avait recensé 342 glissements de terrain au Québec depuis le début de 2017. Du jamais-vu depuis le déluge du Saguenay de 1996, qui avait provoqué 1000 mouvements de sol en deux jours.

Mouvements de terrain dans les sols

  • 2013-2014 : 172
  • 2014-2015 : 156
  • 2015-2016 : 104
  • 2016-2017 : 118
  • 2017 (jusqu'ici) : 342

« C'est une année tout à fait exceptionnelle », dit Denis Demers, le principal expert du gouvernement québécois en la matière.

Cet ingénieur est chef d'équipe de la section des Mouvements de terrain au ministère des Transports. C'est cette unité que les autorités appellent lorsque le sol cède en bordure d'une route ou près d'une habitation.

En entrevue, Denis Demers explique le problème par les pluies abondantes du printemps dernier. Les précipitations, combinées à la fonte des neiges, ont provoqué une cascade d'inondations dans le sud du Québec.

«Quand il y a des crues comme on en a eu ce printemps, avec des fortes quantités de pluie qui sont tombées, les rivières montent, elles viennent éroder le pied des pentes. Ça donne des pentes plus abruptes, plus susceptibles de glisser.»

Denis Demers,
expert du ministère des Transports

Sans surprise, les régions le plus touchées par les mouvements de terrain - Mauricie, Outaouais, Montérégie - sont celles où le niveau des rivières a le plus monté au printemps.

Régions le plus touchées par les glissements de terrain en 2017

  • Mauricie : 69
  • Montérégie : 45
  • Outaouais : 44
  • Centre-du-Québec : 37
  • Côte-Nord : 30
  • Lanaudière : 25
  • Capitale-Nationale : 24

Les crues du printemps ne sont pas la seule cause des glissements de terrain. Environ 40 % des mouvements de sol sont causés par des activités humaines, selon M. Demers.

Dans plusieurs cas, des gestes en apparence anodins provoquent à long terme des résultats catastrophiques. Certains propriétaires dirigent l'eau de ruissellement de leur terrain vers des pentes, ce qui les gorge d'eau et diminue leur résistance. D'autres héritent de remblais aménagés il y a des décennies.

« Ce sont des choses qui sont parfois là depuis plusieurs années, relate Denis Demers. Les gens qui peuvent acheter une maison où le remblai peut être là depuis 50 ou 60 ans. Ce ne sont pas nécessairement eux qui l'ont installé. »

Les propriétaires ne sont pas toujours fautifs. Souvent, ils ont simplement hérité de pratiques qui avaient cours avant la création de règles plus strictes, au début des années 2000.

« Le problème avec les activités humaines, c'est qu'on est souvent installé proche des rivières, souvent trop proche, résume Pascale Biron, professeure de géographie à l'Université Concordia. On intervient pour sauver son terrain et là, on commence une espèce de boucle sans fin de stabilisation des berges. »

CHANGEMENTS CLIMATIQUES

D'ailleurs, même si l'année 2017 est exceptionnelle, les autorités ne sont pas au bout de leurs peines.

Mme Biron, une spécialiste de l'érosion des berges, s'attend à ce que ce processus naturel s'accélère dans les cours d'eau québécois dans les années à venir.

«Avec des événements plus extrêmes attendus vient plus d'érosion de berges. On peut s'attendre à ce que le taux d'érosion des berges soit plus élevé dans le futur que dans le passé.»

Pascale Biron,
professeure de géographie à l'Université Concordia

À court terme, toutefois, Denis Demers s'attend à un petit répit. Après des années exceptionnelles comme celle-ci, on observe généralement moins de glissements de terrain l'année suivante.

« Toutes les pentes qui étaient sur le point de céder, qui auraient peut-être glissé dans deux ou trois ans, les pluies abondantes ont accéléré le processus », résume-t-il.

« C'est un peu comme un pommier, ajoute-t-il. Si on laisse les pommes tomber toutes seules, elles vont tomber une après l'autre. Mais si on secoue le pommier, il y en a qui seraient tombé le lendemain ou une semaine plus tard qui vont tomber tout de suite. »

Saint-Luc-de-Vincennes, 2016... (Photo André Pichette, archives La Presse) - image 6.0

Agrandir

Saint-Luc-de-Vincennes, 2016

Photo André Pichette, archives La Presse

PAS ASSURABLE

Si votre maison est endommagée par un glissement de terrain, ne comptez pas sur votre assureur pour vous sortir du pétrin. Les mouvements de sol sont l'un des seuls phénomènes naturels qui ne sont couverts par aucune police d'assurance. « On va pouvoir couvrir un tremblement de terre, on va pouvoir couvrir maintenant même les inondations dans une certaine mesure, explique Caroline Phemius, porte-parole du Bureau d'assurance du Canada. Mais le glissement de terrain, ça fait partie du risque qui n'est pas couvert du tout, du tout. » Ce phénomène est trop difficile à quantifier, et donc à évaluer, pour être couvert par les polices d'assurance, explique-t-elle. Le gouvernement du Québec offre un programme d'aide financière pour les victimes de phénomènes naturels.

Lac-des-Seize-Îles, dans les Laurentides, 2014... (Photo Olivier Pontbriand, archives La Presse) - image 7.0

Agrandir

Lac-des-Seize-Îles, dans les Laurentides, 2014

Photo Olivier Pontbriand, archives La Presse

QU'EST-CE QUI FAIT BOUGER LE SOL ?

Les glissements de terrain comme celui qui a eu lieu à Saint-Roch-de-Richelieu, il y a deux semaines, se produisent naturellement chaque année. Mais les berges des rivières subissent des pressions de plus en plus importantes, ce qui fait craindre à certains experts que le problème deviendra plus fréquent.

SOLS ARGILEUX

Les sols argileux sont plus vulnérables aux glissements de terrain. Or, on en retrouve dans plusieurs régions du Québec, près de cours d'eau. « C'est un des risques naturels auxquels le Québec est le plus exposé », observe Denis Demers, expert du domaine au ministère des Transports.

ACTIVITÉ HUMAINE

Environ 40 % des mouvements de sol sont liés à l'activité humaine, selon les estimations de Québec. Rien n'indique que ce soit le cas ici, à Saint-Roch-de-Richelieu, théâtre d'un spectaculaire glissement de terrain il y a deux semaines.

VAGUES

La navigation cause des vagues qui frappent les berges et qui accentuent l'érosion. Cela fait augmenter les risques de glissements de terrain. Or, note Martine Chatelain, présidente d'Eau secours !, les autorités n'ont pas les moyens de contrôler la vitesse de toutes les embarcations. « C'est beaucoup plus une question d'éducation pour dire aux gens que ce que vous faites, ça compte », dit-elle.

CHANGEMENTS CLIMATIQUES

Les changements climatiques devaient amener davantage d'épisodes météorologiques extrêmes comme les pluies torrentielles. C'est ce qui fait craindre à certains experts que davantage de glissements de terrain surviendront dans les années à venir.

DES RÈGLES PLUS SOUPLES ?

L'érosion des berges est un phénomène naturel et normal. Elle peut être accélérée par de fortes pluies ou des inondations. Le déboisement des berges peut également jouer un rôle. Le maire de Saint-Roch-de-Richelieu, Michel Beck, croit que Québec devrait assouplir ses règles environnementales pour permettre l'empierrement des berges. « Il va falloir en venir là », résume-t-il.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer