Demandeurs d'asile: Pablo Rodriguez et Emmanuel Dubourg envoyés aux États-Unis

Le député libéral Pablo Rodriguez... (Photo Patrick Doyle, archives PC)

Agrandir

Le député libéral Pablo Rodriguez

Photo Patrick Doyle, archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Ottawa

Les députés libéraux Pablo Rodriguez et Emmanuel Dubourg retourneront aux États-Unis pour tenter de contrer une nouvelle vague de demandeurs d'asile à la frontière canadienne, dans la foulée des plus récentes règles en matière d'immigration adoptées par l'administration Trump.

Plus tôt cette semaine, le gouvernement américain a averti quelque 5000 Nicaraguayens que leur statut temporaire sera révoqué dans la prochaine année. Et près de 86 000 Honduriens ont reçu une prolongation de leur statut temporaire de six mois seulement.

Plus de 200 000 Salvadoriens attendent également une décision sur leur sort, qui devrait être rendue dans les prochaines semaines.

Le député montréalais Pablo Rodriguez se rendra au Texas pour aller à la rencontre de ces trois communautés hispanophones et couper court aux rumeurs sur le système d'immigration canadien.

L'été dernier, des milliers d'Haïtiens se sont présentés à la frontière canadienne afin de réclamer le statut de réfugié. Ils craignaient de perdre leur statut de protection temporaire aux États-Unis - un statut quasi légal qui permet à ses détenteurs de travailler et d'aller à l'école sans risquer la déportation. Il est offert dans des circonstances comme celles du séisme de 2010, en Haïti, où déporter des ressortissants aurait constitué une potentielle violation du droit humanitaire.

En mai dernier, les États-Unis ont renouvelé le statut de protection temporaire des ressortissants haïtiens pour six mois plutôt que dix-huit, un des facteurs cités pour expliquer la vague d'immigration clandestine en sol canadien.

Certains migrants avaient été motivés par de fausses informations circulant sur les réseaux sociaux quant à la souplesse des règles d'immigration canadiennes. Or, seule la moitié des demandeurs d'asile d'origine haïtienne se sont vu accorder le statut de réfugié en 2016.

Le ministre de l'Immigration, Ahmed Hussen, a déclaré que bien qu'il n'y ait pour l'instant aucun signe d'une recrudescence des arrivées à la frontière, le gouvernement libéral souhaitait tout de même prendre les devants.

Le député d'origine haïtienne Emmanuel Dubourg avait été envoyé en mission à Miami plus tôt cette année. Le ministre Hussen a annoncé qu'il retournera aux États-Unis poursuivre son travail.

Né en Argentine et s'exprimant aisément en espagnol, M. Rodriguez s'était pour sa part rendu à Los Angeles en septembre pour s'assurer que les gens disposent de «tous les faits» avant de migrer vers le nord.

MM. Rodriguez et Dubourg tenteront d'éviter un nouvel afflux de demandeurs d'asile à la frontière en propageant le message qu'il vaut mieux acheminer les demandes de statut de réfugié par les canaux légaux.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer