Accueil des réfugiés: les félicitations de l'ONU pourraient être tièdes

Le plan dévoilé mercredi par le ministre de... (PHOTO Mark Blinch, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Le plan dévoilé mercredi par le ministre de l'Immigration Ahmed Hussen fixe le seuil d'accueil des réfugiés à 43 000 l'an prochain - une hausse de seulement 3000 personnes comparativement à cette année.

PHOTO Mark Blinch, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stephanie Levitz
La Presse Canadienne
OTTAWA

Le haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés sera de passage à Montréal vendredi, et l'agence avait espéré pouvoir féliciter publiquement le Canada pour sa politique d'accueil des réfugiés.

Ces encouragements pourraient toutefois être plus tièdes que prévu. Bien que le gouvernement fédéral ait annoncé qu'il gonflerait l'an prochain le nombre de réfugiés qui sont parrainés par des Canadiens, celui du nombre d'individus accueillis par l'entremise des Nations unies demeurera le même.

L'Agence des Nations unies pour les réfugiés avait pourtant exercé de la pression pour que les cibles d'accueil de réfugiés soient haussées, alors qu'on estime qu'environ 1,2 million de personnes devront trouver un nouveau pays pour les accueillir l'an prochain.

Jeudi, le haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, a lancé un appel passionné au Conseil de sécurité des Nations unies - un organe sur lequel le Canada espère pouvoir siéger dans quatre ans - afin que davantage soit fait pour répondre aux crises qui se multiplient à travers le monde et qui forcent des dizaines de milliers de personnes vers l'exil.

M. Grandi a fait valoir que de nombreux pays qui se trouvent à proximité de zones de conflits gardent leurs frontières ouvertes et «accueillent généreusement des milliers - voire quelques fois des millions - de réfugiés».

«Mais certains États - souvent ceux qui sont les moins touchés par les flots de réfugiés et souvent les mieux nantis - ont choisi de fermer leurs frontières, de restreindre l'accès à l'asile et de décourager l'entrée», a-t-il ajouté.

Les États-Unis, qui pendant des années sont demeurés le pays qui accueillait le plus de réfugiés sous la protection des Nations unies, couperont de moitié le nombre de réfugiés qui pourront s'installer sur son territoire, passant de 110 000 places en 2017 à 45 000 en 2018.

Le plan dévoilé mercredi par le ministre de l'Immigration Ahmed Hussen fixe le seuil d'accueil des réfugiés à 43 000 l'an prochain - une hausse de seulement 3000 personnes comparativement à cette année.

Le nombre de réfugiés parrainés par le gouvernement demeurera le même, à 7500 personnes. La hausse provient entièrement du programme de parrainage privé.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer