Une campagne contre les textos au volant

«Texter ou conduire; faut choisir.» C'est le thème de la campagne qu'ont... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lia Lévesque
La Presse Canadienne

«Texter ou conduire; faut choisir.» C'est le thème de la campagne qu'ont lancée, vendredi, plusieurs services de police et la Société de l'assurance automobile du Québec.

L'opération concertée, baptisée Distraction, inclura aussi les contrôleurs routiers et couvrira tout le territoire du Québec. Elle portera sur toutes les formes de distraction au volant, mais plus particulièrement sur les messages textes.

Chaque année, quelque 12 000 personnes sont blessées lors d'un accident dont un des premiers facteurs est la distraction au volant, a indiqué au cours d'une entrevue le lieutenant Jason Allard, porte-parole de la Sûreté du Québec.

«Au-delà des textos au volant, on parle des nombreuses distractions qu'on peut avoir lorsqu'on est derrière un volant: les divers appareils électroniques, les GPS qu'on a dans les véhicules, des gens qui fument et qui échappent leur cigarette, des gens qui se mettent du rouge à lèvres, des gens qui lisent des livres, des fois. C'est un danger», a relaté le lieutenant Allard.

«Quand on prend un message texte dans notre véhicule, qu'on est dans une zone urbaine et qu'on circule à 30 kilomètres-heure, on se dit «c'est pas si mal'. Mais à 30 kilomètres-heure, c'est l'équivalent: vous fermez vos yeux dans une zone scolaire et vous traversez trois autobus scolaires stationnés, et vous rouvrez les yeux. Il n'y a personne qui ferait ça. Or, la minute que vous prenez un message texte, c'est ce que vous faites. Le temps de descendre vos yeux, de regarder votre téléphone, et remonter vos yeux, vous venez de traverser ces trois autobus-là», a illustré le lieutenant Allard.

En même temps, la Société de l'assurance automobile du Québec a lancé sa nouvelle campagne de sensibilisation contre les textos au volant, qui se tiendra à compter du 25 septembre jusqu'au 22 octobre. Il s'agit de messages télé et radio, en plus d'interventions dans les médias sociaux.

«On dit qu'un accident sur deux, la distraction est en cause - la distraction incluant le téléphone, le texto, qui vient vous chercher presque totalement au niveau cognitif. Quand vous textez, vous perdez toute concentration sur la route, vous perdez même la vision sur la route parce que vous regardez votre téléphone», rapporte de son côté Mario Vaillancourt, porte-parole de la SAAQ.

Ironiquement, bien des gens prétendent qu'eux parviennent à texter et à conduire de façon sécuritaire, mais cela est faux, insiste M. Vaillancourt.

La campagne de la SAAQ ciblera cette fois surtout les 24 à 45 ans. Une autre campagne a déjà visé les plus jeunes, le printemps dernier.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer