Le nombre de demandeurs d'asile à son plus haut au pays depuis 2009

En juillet et en août, jusqu'à 200 demandeurs... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

En juillet et en août, jusqu'à 200 demandeurs d'asile se présentaient chaque jour à la frontière, principalement au Québec.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stephanie Levitz
La Presse Canadienne
Ottawa

Le nombre de personnes qui demandent l'asile au Canada est à son plus haut niveau depuis 2009, ce qui s'explique en partie par une augmentation du nombre de personnes qui ont franchi de façon irrégulière la frontière entre le Canada et les États-Unis au cours des derniers mois.

De nouveaux chiffres dévoilés mardi par le ministère de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté démontrent que de janvier à août, 27 440 demandes d'asile ont été déposées au Canada. Il s'agit d'un sommet après les records de 2008 et 2009, qui s'élevaient respectivement à 36 000 et 33 000.

Et les chiffres de cette année devraient continuer à grimper.

Lors d'une séance d'information, lundi, avec des organisations à New York, le ministre de l'Immigration Ahmed Hussen a indiqué que, suivant les tendances actuelles, le Canada pourrait atteindre le cap des 40 000 demandes d'ici la fin de l'année, selon le récit de la porte-parole du Parti conservateur en cette matière, Michelle Rempel, qui était dans la salle.

Le bureau du ministre Hussen a confirmé son compte-rendu.

La députée conservatrice plaide qu'il s'agit maintenant d'une question qui touche directement les politiques publiques du Canada, en raison des coûts liés aux demandeurs d'asile.

À de tels niveaux, les gouvernements fédéral et provinciaux font face à une facture de 353,9 à 548,8 millions de dollars pour traiter les demandes et fournir les services requis aux demandeurs - le coût par demandeur d'asile se situe entre 12 900 et 20 000 $, selon le ministère de l'Immigration.

Ces chiffres ne tiennent pas compte des coûts pour déporter les demandeurs d'asile dont le dossier est rejeté ou des mesures spéciales mises en place pour gérer l'afflux accru de demandeurs à la frontière. Il est encore trop tôt pour évaluer ces coûts, selon le ministère.

Ces mesures ont été déployées en juillet et en août alors que jusqu'à 200 demandeurs d'asile se présentaient chaque jour à la frontière, principalement au Québec.

Le nombre d'arrivées a depuis fléchi, selon les autorités.

«Les chiffres fluctuent. C'est l'une des leçons les plus manifestes que les statistiques ont démontrées dans les sept ou huit derniers mois tandis que la situation se déroulait à la frontière canadienne», a expliqué le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale.

Hausse surtout au Québec

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a intercepté 5530 personnes au Québec en août, une hausse par rapport au total de 2996 recensé le mois précédent.

Depuis le début de l'année, 13 211 personnes ont été interceptées par la GRC entre les postes frontaliers officiels du pays.

Plus de 5550 de ces entrées irrégulières ont eu lieu au Québec. La Colombie-Britannique a aussi vu le nombre d'entrées irrégulières doubler au mois d'août, mais les chiffres sont beaucoup moins importants là-bas - le nombre d'interpellations est passé de 51 à 102 de juillet à août.

La vaste majorité des demandeurs qui sont arrivés au Québec sont d'origine haïtienne. Au Manitoba, plus tôt cette année, la plupart des demandeurs étaient Somaliens.

Des organisations britanno-colombiennes ont précisé que les demandeurs d'asile arrivés sur leur territoire étaient notamment d'origine afghane, irakienne, colombienne, mexicaine et turque.

Manque de ressources

Une équipe spéciale du ministère a été formée pour gérer les situations où plusieurs personnes provenant du même pays font une demande d'asile.

Elle a toutefois prévenu qu'elle est mal outillée pour gérer la hausse des demandes sans provoquer d'autres retards.

Une note interne obtenue par La Presse canadienne plus tôt cette année indiquait que sans amélioration dans le système et sans ressources additionnelles, d'ici 2021, certains demandeurs pourraient attendre jusqu'à 11 ans avant que leur dossier soit traité.

Même avant le plus récent afflux à la frontière, le nombre de demandes accusait des retards importants, a fait remarquer la députée néo-démocrate Jenny Kwan.

Selon elle, les libéraux n'ont rien fait à partir du moment où il y avait déjà un problème.

«Ce gouvernement libéral met en jeu notre système d'immigration», a-t-elle estimé.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer