Recul du français et croissance de l'anglais surestimés au Québec

La proportion de la population qui a le français comme langue maternelle est en... (PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) La proportion de la population qui a le français comme langue maternelle est en baisse au Québec, mais le recul est moins prononcé que ce qu'avait annoncé Statistique Canada au début du mois.

Dans un portrait révisé de la situation linguistique au Québec dévoilé ce matin, l'agence fédérale confirme aussi que la hausse étonnante du nombre d'anglophones dans certaines régions de la province était erronée.

Entre 2011 et 2016, le français comme langue maternelle a donc connu un recul au Québec, passant de 79,7 % à 79,1 % (et non pas 78,4 % comme il avait été annoncé le 2 août).

En contrepartie, le nombre de personnes qui parlaient le français à la maison durant cette même période est passé de 87 % à 87,1 %.

Si l'anglais comme langue d'usage à la maison a augmenté de près d'un point de pourcentage (18,3 % à 19,2 %), la proportion de la population qui parlait uniquement la langue anglaise à la maison a diminué, passant de 6,2 % en 2011 à 6 % en 2016. En outre, la proportion des gens qui affirment avoir l'anglais comme langue maternelle a diminué au Québec, passant de 9 % en 2011 à 8,9 % en 2016.

Au Québec, l'arabe est « la langue immigrante la plus parlée à la maison », souligne Statistique Canada, puisque 213 055 personnes ont dit parler cette langue en 2016, une augmentation de 23,7 % par rapport à 2011. Dans l'ensemble du pays, on constate aussi que la proportion des Canadiens qui déclarent le français ou l'anglais comme langue maternelle diminue sensiblement d'un recensement à l'autre. À titre d'exemple, en 2016, 78,9 % de la population canadienne avait le français ou l'anglais comme langue maternelle alors que cette proportion s'élevait à 80,2 % en 2011 et 82,4 % en 2001.

En révisant ses données, Statistique Canada confirme que quelque 55 000 personnes ont été erronément identifiées comme des Québécois ayant l'anglais comme langue d'usage.

Cette erreur, qui a déclenché un vif débat au Québec sur l'avenir de la langue française, est survenue au moment du transfert des réponses d'un sous-ensemble de questionnaires en version française. Les réponses à deux questions ont été inversées dans les catégories 'français et anglais ».

« L'erreur qui en a découlé a entraîné une attribution erronée de réponses aux questions linguistiques du recensement pour environ 61 000 personnes, principalement au Québec. Elle s'est traduite par une surestimation de la croissance de l'anglais au Québec entre 2011 et 2016, tant comme langue maternelle que comme langue d'usage à la maison », indique-t-on à Statistique Canada.

Malgré l'erreur, qui a été rapidement corrigée et qui ne touche que les données linguistiques, Jean-Pierre Corbeil, le directeur adjoint de Statistique sociale et autochtone, affirme que l'agence fédérale demeure l'une des meilleures dans le monde. Il a soutenu que Statistique Canada aurait tout de même dû capter cette erreur et que l'agence entend revoir ses méthodes de validation afin de s'assurer que cela ne se reproduira pas.

Dans les données erronées qui ont été dévoilées le 2 août, Statistique Canada faisait état d'une augmentation de la population anglophone de 115 % au Saguenay et de 164 % à Rimouski par exemple.

Ces chiffres avaient été mis en doute par certains groupes anglophones et l'agence fédérale avait confirmé qu'une erreur s'était glissée dans son analyse après que le chercheur montréalais Jack Jedwab eut relevé des anomalies.

RECENSEMENT TAUX DE BILINGUISME



publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer