Un programme pour aider les militaires à faire la transition vers la vie civile

Andrew Garsch, de Shaping Purpose, affirme que plus... (Photo archives La Presse)

Agrandir

Andrew Garsch, de Shaping Purpose, affirme que plus du quart des 5000 militaires qui quittent chaque année les Forces armées souffrent d'une perte d'identité lorsqu'ils retirent leur uniforme.

Photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
FREDERICTON

Une recherche à l'échelle du Canada visera à aider les membres des Forces armées canadiennes et les anciens combattants à faire la transition vers la vie civile.

L'étude, appuyée sur Shaping Purpose, un programme en partenariat public-privé lancé à Fredericton, analysera l'expérience de 84 membres des Forces armées et anciens combattants.

«Des quelque 5000 membres réguliers qui quittent les Forces chaque année, environ 27 pour cent éprouvent des difficultés à faire la transition en raison d'une perte d'identité», raconte Andrew Garsch, de Shaping Purpose.

M. Garsch a été officier mécanicien dans l'armée pendant 12 ans avant d'être libéré pour des raisons médicales.

«Ça m'a dépouillé de qui j'étais, et ça m'a enlevé de tout ce pour quoi j'avais travaillé pendant toute ma vie d'adulte. Je suis devenu complètement isolé, j'ai perdu toute ma confiance et j'étais complètement déprimé», confie-t-il.

Il explique que jusqu'à ce moment, son identité reposait sur le fait qu'il était soldat. «Je n'avais pas réalisé que lorsque cela me serait enlevé, j'aurais l'impression de ne plus rien avoir.»

La recherche s'appuiera sur un projet pilote afin d'aider les militaires et les anciens combattants à trouver un nouveau sens à leur vie et à planifier leur avenir. Pendant la durée du projet pilote, les participants ont utilisé des programmes existants fournis par le Programme d'aide à la transition des Forces armées canadiennes et le Programme de réadaptation professionnelle d'Anciens combattants Canada.

L'étude suivra les participants au cours de la prochaine année et analysera leurs progrès.

M. Garsch précise que quatre séances se tiendront à travers le pays. La première aura lieu à Moncton avec 21 individus, le mois prochain.

D'autres séances se tiendront ensuite en Ontario, en Alberta ou en Colombie-Britannique et dans un autre endroit qui n'a pas encore été déterminé.

Kevin McCoy, président d'Irving Shipbuilding, qui a contribué au financement de l'étude, précise qu'en tant qu'ancien combattant ayant servi pendant 36 ans dans les Forces navales des États-Unis, il a connu les défis et l'anxiété auxquels on peut faire face lorsqu'on passe de la vie militaire à la vie civile.

«Une carrière dans les forces armées exige certains sacrifices et du temps passé loin de la famille et des amis pour servir le pays. Vous dévouez votre vie à l'amélioration et à la protection de la société. Lorsque des membres quittent les forces armées, il est important que nous, comme société, leur offrions du soutien et de l'aide afin qu'ils puissent continuer de contribuer à la société de manière significative», a indiqué M. McCoy.

Bruno Battistini, directeur scientifique de la Fondation de la recherche en santé du Nouveau-Brunswick, précise que les participants devront remplir des formulaires et participer à un programme de quatre jours visant à collecter des informations à leur sujet. Il ajoute que les chercheurs effectueront un suivi auprès des participants dans les semaines, les mois et l'année qui suivront.

L'étude et l'évaluation du programme devraient être terminées en décembre 2018, et les conclusions devraient être présentées aux Forces armées canadiennes et à Anciens combattants Canada au printemps 2019.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer