Perte de 20 000 membres: la CSN «sous le choc», admet Létourneau

Le président de la CSN, Jacques Létourneau... (PHOTO SIMON GIROUX, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le président de la CSN, Jacques Létourneau

PHOTO SIMON GIROUX, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Le président de la CSN, Jacques Létourneau, qui était resté silencieux jusqu'ici, l'admet: la centrale est «sous le choc» à la suite des votes dans la santé. La CSN a perdu environ 20 000 membres et pourrait se retrouver avec un manque à gagner combiné de 10 millions de dollars. Elle devra donc faire des compressions.

Au cours d'une entrevue avec La Presse canadienne à ses bureaux, mardi, le président a reconnu que la centrale ne s'attendait pas à des résultats «hyper décevants» qu'il dit accepter avec «humilité».

Il estime qu'à l'issue du vote - dont les derniers résultats seront dévoilés jeudi - la CSN aura perdu entre 19 000 et 21 000 membres.

Cela résultera en un manque à gagner d'environ 6 millions pour la centrale CSN et de 4 ou 5 millions pour sa Fédération de la santé et des services sociaux.

M. Létourneau le concède: il faudra restructurer, couper. «Combien de postes? Je n'en ai honnêtement aucune idée», laisse-t-il tomber.

«On va surtout essayer de minimiser au maximum l'impact sur les services. Mais il n'y aura pas de vache sacrée. On va tout regarder: comment on organise le travail, comment on mène nos campagnes politiques. Mais il faut comprendre que c'est sûr, c'est comme dans n'importe quelle entreprise: le gros des dépenses, c'est dans la masse salariale», fait-il remarquer.

La CSN devra aussi faire une introspection pour trouver les causes de ces pertes, en débattre en instance et trouver les correctifs à apporter.

Le débat n'a pas encore été fait, mais M. Létourneau avance quelques pistes: des problèmes avec certains syndicats locaux; le fait que pour certaines catégories de salariés, la CSN partait nettement minoritaire; le phénomène de la montée des syndicats «de métier» (d'infirmières, de techniciennes et professionnelles).

Du même souffle, cependant, il adresse un message optimiste à ses membres: «ce n'est pas la première crise qu'on traverse».

Et il importe de rappeler que la Confédération des syndicats nationaux compte 325 000 membres et demeure la deuxième centrale syndicale en importance au Québec, après la FTQ.

Les fusions forcées de syndicats dans la santé ont été rendues nécessaires par les fusions d'établissements de santé, commandées par le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette.

À l'issue du processus, il n'y aura plus qu'un seul syndicat par catégorie d'emploi et par grand établissement.

Les gagnantes de ces fusions forcées sont la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ), qui regroupe la très grande majorité des infirmières, infirmières auxiliaires, de même que l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) dans les laboratoires, l'imagerie médicale, les services diagnostiques, la nutrition, la réadaptation et les services psychosociaux.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer